Pour protéger son église, un village serbe menace de se convertir à l'islam

le
0

Une paroisse proche de Belgrade envisage de se convertir à l’Islam si rien n’est fait pour restaurer son église touchée par une tempête l’an dernier. Les villageois estiment que le patrimoine musulman est mieux protégé.

Les paroissiens de Sopic, un village serbe de 2000 habitants tout proche de Belgrade, refusent de voir leur église détruite. Et si rien n’est fait, ils envisagent de se convertir en masse à l’Islam, car selon la législation de la République de Serbie accorde une meilleure protection aux installations des minorités. Touché par une tempête en juillet 2015, le bâtiment vieux de 150 ans est devenu dangereux et même le prêtre local, Mirko Tesic, pense qu’il faut le démolir pour le remplacer par un nouvel édifice. Selon lui, l’église serait dangereuse et menacée par un glissement de terrain.

Mais ses ouailles ne l’entendent pas de la même oreille. Comme le relate l’agence de presse turque Anatolie, la fronde est menée par un certain Predrag Lazarevic, descendant des fondateurs de cette église et géologue de profession. Estimant que l’église n’est en rien menacée par des glissements de terrain, il a écrit au chef de l’église orthodoxe serbe, le patriarche Irinej pour lui indiquer que si rien n’est fait pour sauver leur église: «nous serons forcés de nous convertir collectivement à l’Islam pour obtenir une meilleure protection de notre patrimoine selon la loi serbe.»

Candidature à l’Union européenne

Interrogé par radio Sarajevo, le frondeur explique qu’il n’a rien contre la construction d’une nouvelle église mais souhaite préserver celle-ci. «S’il est possible d’en construire même cinq nouvelles, c’est très bien mais commençons par protéger celle que nous avons de longue date». L’homme est soutenu par une partie du village qui estime que les minorités ont droit à un traitement de faveur car le gouvernement serbe souhaiterait donner des gages de tolérance à l’Union européenne dans le cadre de sa procédure d’adhésion.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant