Pour Placé, Proglio «ment» sur le nucléaire

le
0
L'élu écolo «ne désespère pas» de trouver un accord avec le PS.

Depuis les tables du restaurant au décor grand style du Sénat, on lui donne déjà du «M. le président». Lui, rend volontiers ses «hommages» aux dames par un baisemain. Pourtant, Jean-Vincent Placé, 43 ans, tout juste élu sénateur de l'Essonne le 25 septembre, n'est pas encore président. Ce n'est que le 16 novembre que Jean-Pierre Bel, le président socialiste du Sénat, devrait déposer au bureau de la Haute Assemblée une proposition de résolution pour abaisser à 10 sénateurs le seuil nécessaire pour former un groupe...

Mais, mercredi, invité du «Talk Orange-Le Figaro», l'homme fort des écolos avait la tête assez loin des ors du Palais du Luxembourg. Alors que pour 2012 les négociations entreEurope Écologie-Les Verts et le PS butent toujours sur la question du nucléaire, Jean-Vincent Placé a jugé «incroyables» les propos du PDG d'EDF, Henri Proglio, qui a affirmé dans Le Parisien qu'une sortie du nucléaire mettrait un million d'emplois en p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant