Pour Paris, seule l'Afrique peut décider d'utiliser la force en Côte d'Ivoire

le
0
Pour la France, le choix de recourir ou non à la force revient aux chefs d'Etat africains. Et tandis que l'ONU évoque le meurtre de 173 Ivoiriens, le premier ministre du président élu souhaite aussi une mission de la Cour pénale internationale pour juger «le dictateur» Gbagbo. Avec une vidéo iTélé.

Désespéré par la situation en Côte d'Ivoire, le camp Ouattara a franchi un cap en appellant jeudi la communauté internationale à faire usage de la force contre Gbagbo. Guillaume Soro, premier ministre du président élu, ne voit plus d'autre solution pour déloger du pouvoir celui qu'il qualifie de «dictateur».

Jeudi, le camp Ouattara a reçu une nouvelle légitimation, importante, de la part du Conseil des ministres des Finances de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa), qui a demandé à la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO) d'autoriser uniquement les représentants du président ivorien «légitimement élu» à gérer les comptes du pays.

En dépit du désaveu unanime de la commuanuté internationale, Laurent Gbagbo persiste dans son refus de quitter son poste. Pressions politiques, menaces et sanctions sont pour l'instant restées sans effet. Mardi soir, il a encore affirmé dans une intervention télévisée être «le président»

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant