Pour NKM, l'écologie sans l'énergie

le
0
L'énergie est passée sous la tutelle d'Éric Besson, ministre délégué chargé de l'Industrie, de l'Énergie et de l'Économie numérique.

Comme toujours, seule la pièce manquante du puzzle attire tous les regards. Nathalie Kosciusko-Morizet a beau avoir grimpé les marches du gouvernement à toute allure en se voyant propulsée au quatrième rang protocolaire avec l'Écologie, le Développement durable, le Transport et le Logement, tous les commentaires portaient lundi sur l'énergie, passée dans la besace d'Éric Besson, ministre délégué chargé de l'Industrie, de l'Énergie et de l'Économie numérique.

Une amputation vivement dénoncée par les ONG qui, de la fondation Nicolas Hulot en passant par France Nature Environnement ou encore Greenpeace et le WWF, ont rivalisé dans la critique: annonces de «mauvais augure», de «coupe sombre», de «catastrophe»…

Mais la bagarre va se poursuivre en coulisses avec pour enjeux les décrets d'attributions. Autrement dit, la répartition des grandes directions du ministère, celles-là mêmes qui donnent le pouvoir au ministre en place. Jean-Louis Borloo en avait cinq à

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant