Pour mieux se loger, les poules vendent leurs ?ufs plus cher

le
0
Suite à de nouvelles normes européennes en vigueur depuis le 1er janvier 2012, les cages grillagées des poules élevées en batterie disparaissent au profit d'espaces clos plus grands.

Les poules sont certainement plus heureuses, mais les consommateurs, eux, ne l'entendent pas de cette oreille. L'entrée en vigueur de nouvelles normes européennes le 1er janvier 2012 interdisant les cages entièrement grillagées au profit d'espaces clos plus grands (750 centimètres carrés par volatile contre 550 auparavant) a entraîné une augmentation du prix des ½ufs. Les élevages industriels, dont seulement un sur dix est conforme à la nouvelle réglementation en France, sont en effet obligés de réaménager leur outil de production ; investissements estimés au total à près d'un milliard d'euros, soit 25 euros par poule. Un surcoût qui s'ajoute à une quantité moindre d'½ufs sur le marché, le temps de la mise aux normes. Il n'en fallait pas plus pour que les prix flambent. «Nous avons constaté une augmentation du prix des ½ufs au cours des dernières semaines, certains atteignant des niveaux records», reconnaît la Commission européenne.

Les ½ufs utilisés dans l'industrie, pour la confection de gâteaux ou de pâtes alimentaires «qui sont normalement de 30 à 50 % moins chers que les ½ufs de table, sont aujourd'hui 10 à 20 % plus chers», ajoute Bruxelles. Les ½ufs de table, destinés à la consommation directe, ont également vu leurs prix grimper de 9,6 % en une semaine début mars et de 55,5 % par rapport à la même semaine l'an passé. Mais le bien-être des poules est à ce prix.

LIRE AUSSI:

» Apprendre à reconnaître un oeuf, grâce à son numéro (avec Le Particulier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant