Pour Mélenchon, le gouvernement «mène une politique de droite extrême»

le
0
Pour Mélenchon, le gouvernement «mène une politique de droite extrême»
Pour Mélenchon, le gouvernement «mène une politique de droite extrême»

Invité de l'émission «Tous Politiques» France Inter - «Le Parisien - Aujourd'hui en France», ce dimanche, Jean-Luc Mélenchon s'est à nouveau emporté contre la politique menée par François Hollande et le gouvernement de Manuel Valls. «Peut-être se dit-il de gauche mais la politique qu'il mène est de droite extrême», a notamment lâché le député européen. 

Ce dernier a d'ailleurs qualifié la visite du président de la République à Florange (Moselle), prévue lundi, de «sadique». «Il vient voir le malheur des autres (...) Le ravage a été immense», selon Jean-Luc Mélenchon. En outre, le membre du Parti de gauche a renouvelé son appel à la création d'une VIe République, conforté par le sondage exclusif publié dans nos colonnes du jour, dans lequel 62 % des Français approuvent cette demande. 

Enfin, Jean-Luc Mélenchon a expliqué ne pas penser à 2017. Il souhaite se concentrer sur le plan local, où il appelle à un rassemblement avec d'autres partis comme Europe Ecologie-Les Verts, le Parti communiste ou le NPA. Il monte également au créneau face à l'Allemagne, qui «asservit l'Europe» et qui pourrait causer «une guerre» en Europe. 

La visite de François Hollande à Florange. «Ce n'est pas courageux de sa part (NDLR : de tenir sa promesse de campagne, de revenir chaque année à Florange, sur le site d'ArcelorMittal). C'est même un peu sadique. Il vient voir le malheur des autres (...) La loi Florange a mis deux ans à être édictée (...) Elle ne sert qu'à une chose : faire de l'illusion. Elle justifie les prochaines privatisations que va faire le gouvernement. Je ne suis pas un syndicaliste de Florange. Ce que je sais, du point de vue de l'intérêt national, c'est qu'on a besoin d'un outil de production de l'acier. Cet outil a été détruit. C'est un échec absolu. Pour le pays, (...) le ravage a été immense». 

Impopularité de François Hollande. «Je ne suis pas partisan des sifflets (NDLR : ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant