Pour Marion Maréchal-Le Pen, l'équipe de France est moins «racailleuse» qu'avant

le
0
Pour Marion Maréchal-Le Pen, l'équipe de France est moins «racailleuse» qu'avant
Pour Marion Maréchal-Le Pen, l'équipe de France est moins «racailleuse» qu'avant

«Il y a eu une reprise en main, c'est une bonne chose» : Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse, a jugé samedi au Pontet que l'équipe de France actuelle, qualifiée pour la finale de l'Euro, n'avait pas la «dimension un peu racailleuse» de précédentes générations de Bleus.

«Je n'ai pas une passion pour le foot, je ne me sens pas obligée de l'avoir au vu des circonstances», a expliqué la députée sur iTELE en marge de la fête Bleu Blanc Rouge qu'elle organise au Pontet.

«Je comprends parfaitement que beaucoup de Français soient joyeux, je préfère que notre équipe gagne, ça peut mettre un peu de baume au coeur dans le sombre tableau actuel de la politique française, je suis plutôt pour», a ajouté Marion Maréchal-Le Pen.

«Je ne connais pas ces joueurs, tout ce que j'en vois de l'extérieur, c'est qu'ils m'apparaissent plus respectueux de la France que l'a pu l'être une précédente génération. Ils chantent la Marseillaise à pleins poumons, c'est plutôt positif», a-t-elle fait valoir. Selon elle, auparavant «on a eu tendance à avoir de jeunes joueurs qui se comportaient assez mal, qui ont pu avoir une dimension un peu racailleuse si vous me passez cette expression».

Marine Le Pen n'aime pas le foot non plus

«Ça ne donnait pas particulièrement envie de suivre ce sport, indéniablement il y a eu une reprise en main,c'est une bonne chose», a-t-elle conclu.

Sur son blog il y a un mois, Marine Le Pen expliquait elle aussi ne pas «avoir d'attirance particulière pour le football» et évoquait le «désamour des Français pour les joueurs de l'équipe nationale» après plusieurs scandales. «L'équipe de France a l’opportunité à l’occasion de cette compétition de se racheter une conduite, de renouer ce lien distendu avec le peuple français», écrivait-elle. Elle s'en prenait aux politiques «toujours prompts à céder à la tentation de l'instrumentalisation et de la récupération». ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant