Pour lutter contre la fraude, la SNCF veut supprimer le libre accès aux quais du TGV

le
19

C'est l'un des chantiers prioritaires de la SNCF. D'ici la fin de l'année, la compagnie ferroviaire devrait présenter son plan de lutte contre la fraude. Et pour cause, selon l'entreprise, les Français sont les champions d'Europe de la fraude dans les transports en commun. «Même en Italie et en Espagne, ils sont plus disciplinés que nous, regrette Alain Le Vern, le monsieur anti-fraude de la SNCF.

Si l'Est du pays est un peu plus épargné, toutes les zones denses comme l'Ile-de-France, la région PACA, la région lyonnaise sont touchées. On a coutume de dire que ça coûte chaque année 300 millions d'euros à la compagnie, je pense qu'on est plus proche du demi milliard d'euros, soit une une cinquantaine de trains régionaux par an».

VIDEO. Le plan anti-fraudes de la SNCF

Un manque à gagner d'autant plus insupportable en période de disette, que la fraude a aussi un impact important sur le sentiment d'insécurité : «Les usagers qui payent en ont marre, insiste Alain Le Vern. Les fraudeurs créent des tensions quand ils sont contrôlés qui pourrissent la vie des autres voyageurs». Si certaines mesures ont déjà été prises comme la diminution de la validité des billets qui est passée de deux mois à une semaine, d'autres pistes sont en cours réflexion :

-Des postes filtrages sur les quais des TGV : Depuis toujours libre d'accès, l'entrée des quais des TGV pourrait être contrôlée via l'installation de portes en dur. Un changement de philosophie important qu'Alain Le Vern justifie : «C'est plus efficace que les contrôles à bord. Le procédé existe déjà en Espagne et ça marche très bien. Mais avant de se décider il faut être sûr que le ratio coût-bénéfice est avantageux».

-Des amendes plus élevées : Actuellement, un voyageur sans billet sur un trajet supérieur à 100 km doit débourser 25 ¤, ou 35 ¤ (plus le prix du billet) pour un parcours de moins de 100 km. Si des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • denisam1 le mardi 16 sept 2014 à 17:24

    ET OUI , comme entre NICE et MARSEILLE , les contrôleurs"" invisible"" , et pour cause toute une "" faune ""qui essaient de voler les passagers qui reviennent de voyages via Gênes ou Savonne , fatigués qui somnolent dans le train .... trop peur de se faire jeter sur la voie en marche .. !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • M3366730 le vendredi 12 sept 2014 à 16:15

    Que font les contrôleurs si cela coûte aussi cher à la SNCF !Ce qui lui coûte le + cher c'est son système social et tous les avantages liés.

  • domin288 le vendredi 12 sept 2014 à 14:06

    Je prends quelquefois le train, IDTGV me permet de l'avoir à un tarif normal, j'en suis content. Il est vrai que l'accès au quai dans ce cas est interdit pour les non détenteurs de billets, un peu dommage. Par contre tous les trains que j'ai pris, étaient à moitié vide. Alors cela m'étonnerais que les fraudeurs coutent vraiment cher à la SNCF.

  • frk987 le vendredi 12 sept 2014 à 10:24

    Ma foi.....retour au ticket de quai, ça fait vraiment archaïque et puis il y a avait aussi le ramassage des billets à la sortie des quais. Pour lutter contre le chômage et produire des emplois id.iots, c'est génial. Par contre une amende de 10 fois le prix pour le voyageur sans billet....au hasard, un sur cent de coincé....ça fera réfléchir les autres !!!!

  • M9244933 le vendredi 12 sept 2014 à 09:36

    Une amie retraitée a trouvé un individu, disons d'un certain type, sur sa place TGV réservée. Aucun contrôleur n'a voulu déloger le fraudeur. Et tant que les petites et grandes frappes se sentiront impunies, elles continueront à contourner toutes les barrières qu'on veut.

  • gacher le vendredi 12 sept 2014 à 09:25

    idtgv est le mépris du client à l'état brut. Ils vendent un prix et à ce prix vous êtes pris pour de la m e r d e

  • jpoche le vendredi 12 sept 2014 à 09:24

    ferait mieux de faire le ménage chez elle la SNCF, avec ce tas de surpayés qui y travaillent, sans compter les retraités qui sont fatigués à 50 ans et pour lesquels les caisses de retraite du privé doivent payer. Une fois de plus ce sont les gens honnêtes qui vont pâtir de ces décisions de fonctionnaires qui ne savent pas ce qu'est un client.

  • M4098497 le vendredi 12 sept 2014 à 08:40

    Alors que je portais la valise de ma belle fille enceinte, une contrôleuse m'a empêché d'accéder au quai IDTGV. Je lui ai souhaité de ne jamais être enceinte car un enfant ne méritait pas d'avoir une mère aussi étroite d'esprit.

  • noterb1 le vendredi 12 sept 2014 à 08:36

    cela me rappelle le bon temps où on devait présenter son ticket à l'entrée des quais . les anciens se souviennent sans doute qu'il existait même un ticket de quai (payant ) pour les accompagnateurs éventuels .

  • gacher le vendredi 12 sept 2014 à 08:34

    quand on se trompe de cible, on perd ses clients. La fraude sur les tgv est réduite, les contrôles à bord, facile à faire, mais quand on cherche des prétextes pour justifier la moindre vente des billets, on accuse les fraudeurs, alors que ce sont les clients qui s'en vont, fatigué des retards et des couts dissuasifs. dans une voiture coute moins cher que le train. Un scandale justifié par des retraites jeunes, et des salaires et primes aberrantes est la cause de prix de billet inepte.