Pour les seniors, la mort n'est pas taboue

le , mis à jour à 09:05
0
Pour les seniors, la mort n'est pas taboue
Pour les seniors, la mort n'est pas taboue

« Ne parlez pas de la mort, cela va la faire venir plus vite ! » Qui n'a pas entendu cette phrase dans sa famille, interdisant d'évoquer le dernier sommeil. Une ligne de conduite faisant de la mort le tabou des tabous, l'interdit absolu surtout devant des personnes âgées. On se trompe lourdement.

 

Une étude révélée ce jeudi montre que pour les seniors, la mort n'est pas du tout un sujet qui fâche ou une source de gêne. Au contraire, les plus de 70 ans aimeraient pouvoir en parler davantage. Et si tabou il y a, il n'est plus dans les familles.

 

L'étude menée par ViaVoice pour Harmonie Mutuelle (mutuelle santé) note en effet qu'une majorité des personnes interrogées évoquent déjà le sujet avec leurs proches. 72 % affirment en avoir parlé avec leur conjoint (et 56 % avec leurs enfants). Et lorsqu'on en cause, pour 55 % des plus de 70 ans, c'est de l'organisation et du déroulement des obsèques dont il est majoritairement question, suivis des affaires de succession (25 %) puis les démarches administratives, souvent très lourdes (7 %).

 

Leur principale source d'inquiétude : les risques de dépendance

 

La chape de plomb est donc du côté de la société. Pour près d'un senior sur deux (44 %), la mort est un sujet qui n'est pas assez évoqué. Mais outre la mort, les seniors souhaitent aussi aborder la fin de vie et leur principale source d'inquiétude : les risques de dépendance. 68 % sont particulièrement préoccupés par cette crainte de devoir, un jour, dépendre des autres et 61 % de ne plus pouvoir rester à leur domicile.

 

De manière générale, selon les résultats de cette enquête, les Français considèrent être assez mal préparés à leur propre mort (59 %), et encore davantage à celle de leurs proches (64 %). Bref, parlons.

 

La personne âgée est donc une personne plutôt pragmatique qui voit aussi dans cette préparation au dernier voyage, et c'est assez surprenant, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant