Pour Les Républicains, Nuit debout piétine «l'état de droit»

le
0
Pour Les Républicains, Nuit debout piétine «l'état de droit»
Pour Les Républicains, Nuit debout piétine «l'état de droit»

Le parti Les Républicains ne désarme pas face au mouvement. Une nouvelle fois, ils accusent les militants de «piétiner l'état de droit» et appellent le gouvernement à «assumer ses responsabilités». «L'état de droit, ce n'est pas un sujet de colloque ce n'est pas un slogan, ce sont des instruments d'action publique et chaque jour, chaque nuit, l'état de droit est piétiné par des minorités agissantes», a dénoncé ce lundi Guillaume Larrivé, porte-parole du parti, lors du point de presse hebdomadaire.

Ces derniers jours, plusieurs élus LR ont lancé une série d'offensives contre le mouvement Nuit debout qui rassemble depuis plus d'un mois, place de la République à Paris et dans plusieurs villes de province des centaines de personnes opposées à la loi El Khomri «et son monde». Le député LR Éric Ciotti avait pris l'initiative samedi d'une pétition pour interdire ce rassemblement qui, à ses yeux, s'est «transformé en une expression de violence haineuse et gratuite».

.@GLarrive : "Nous allons tester la volonté du gvt de réformer pour de vrai le marché du travail" #LoiTravail https://t.co/hnBdtqMffM— les Républicains (@lesRepublicains) 2 mai 2016

«Entendre prôner la révocation des élus, prôner un discours de haine contre les médias, c'est déjà une forme de tyrannie mais ce qui se passe va bien au-delà, c'est l'expression d'une violence gratuite, je rappelle que plus de 400 policiers ont été blessés», a assuré Ciotti. Le président du conseil départemental des Alpes-Maritimes a vivement fustigé le gouvernement, l'accusant de faire preuve «d'une mansuétude coupable à l'égard de Nuit debout, d'une complaisance voire même d'une complicité». «Nous demandons au gouvernement d'assumer ses responsabilités, d'interdire ces manifestations de violence et de faire en sorte que l'autorité républicaine s'applique désormais», a t-il conclu. 

Mardi soir, en réunion publique ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant