Pour les parents de James Foley, il faut négocier avec le groupe Etat islamique

le
1
Pour les parents de James Foley, il faut négocier avec le groupe Etat islamique
Pour les parents de James Foley, il faut négocier avec le groupe Etat islamique

Les parents du journaliste américain James Foley, assassiné le 20 août par le groupe Etat islamique, ont estimé vendredi que les Etats-Unis et les autres pays, dont le groupe EI détient des otages, devront «tôt ou tard négocier» avec les terroristes s'ils veulent tenter de les sauver. Les parents de James Foley sont en France à l'occasion d'un hommage rendu à leur fils et aux autres journalistes tués ces derniers mois dans des zones de conflit, lors de la remise du prix Bayeux des correspondants de guerre. 

«Au bout du compte, je pense que nous aurons à négocier. Cette situation ne va pas se régler par des interventions militaires donc tôt ou tard, il va bien falloir parler», a déclaré sur la radio française Europe 1 John Foley, le père du reporter exécuté en août par l'EI. «Bien évidemment, tout ceci doit amener notre pays et d'autres pays à réexaminer les politiques qui s'appliquent en matière de négociations notamment avec les terroristes», a également jugé son épouse Diane, au cours du même entretien.

Un otage américain toujours menacé

Le couple était interrogé sur la façon pour les Etats-Unis de tenter de sauver le travailleur américain Peter Kassig, dernier otage occidental en date que les jihadistes menacent d'exécuter. Washington a toujours refusé le paiement de rançons pour libérer des otages et Diane Foley avait affirmé le mois dernier avoir eu le sentiment que les efforts de la famille en faveur de son fils avaient été perçus comme une «gêne» par l'administration américaine.

«Je pense que notre gouvernement a fait de son mieux pour trouver un moyen de libérer notre fils», a affirmé Diane Foley vendredi. Tout en jugeant «difficile de savoir» si le versement d'une rançon aurait permis de le sauver, John Foley a estimé que «ça ne coûtait rien de négocier, en tous cas d'essayer d'entrer en pourparlers» avec le groupe EI. «Ces gens-là ont besoin d'être compris (...) Je ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 le vendredi 10 oct 2014 à 13:20

    Négocer, mais quoi?