Pour les jeunes, le logement est une histoire de partage

le
0

Habitat avec services partagés, colocation, achats à plusieurs... les jeunes générations craquent visiblement pour un logement qui se partage, d’après un sondage du réseau immobilier Guy Hoquet.

Le bilan de ce premier trimestre 2016 est encourageant, à en croire le réseau immobilier Guy Hoquet. Comme d’autres, l’enseigne note qu’après trois années noires l’immobilier repart. Au passage, elle en a profité pour se pencher sur les nouvelles tendances et usages de l’habitat. C’est notamment la mode du collaboratif qui figure parmi les tendances les plus présentes. En 2015, un Français sur trois a accédé à la «copropriété à services partagés», ces ensembles disposant d’un appartement ou d’une salle à manger pour les invités de passage, ou encore de terrasses voire de jardins accessibles à tous. Les moins de 38 ans, en particulier, montrent leur enthousiasme pour des modes d’habitation mais aussi d’acquisition partagés.

C’est évidemment le cas de la colocation, les jeunes en raffolent . Plus d’un sur quatre parmi eux a déjà expérimenté ce mode de vie ou se dit intéressé, contre seulement 6 à 10% des plus de 56 ans. Le constat est foncièrement le même lorsqu’il s’agit de «vivre dans un immeuble à services partagés (comme le co-parking ou le jardin partagé)», l’idée a déjà emballé 22% des jeunes trentenaires mais ne rencontre pas un franc succès auprès des plus âges (6%).

Pour ce qui est de l’achat, celui-ci se fait encore dans la majorité des cas avec le conjoint mais les acquisitions hors couple se multiplient. Les Français seraient 20% à pouvoir envisager une acquisition avec un ou plusieurs co-acheteurs qu’ils ne connaissent pour découper en plusieurs logements une grande surface. Cette option séduit une fois de plus les jeunes (26%) mais peu la génération des baby-boomers (9%). Quant à l’achat avec un ami , il ne séduit pour l’instant que 5% des sondés.

Mêler logement et lieu de travail

Choisi ou imposé, le partage devient la norme. À la question «Comment avez-vous vécu et avec qui?», la réponse des moins de 38 ans est claire: ils expérimentent beaucoup plus que les autres générations les situations d’achat et de location partagées avec des tiers en dehors de leur conjoint. Et ceux qui n’y ont pas encore goûté se disent très intéressés par ces opportunités.

Les modes de travail évoluent eux aussi et le parc immobilier va bien devoir s’adapter. Plus d’un Français sur quatre aimerait avoir un logement qui serait à la fois un lieu d’habitation et de travail. Et lorsqu’on leur demande ce qu’ils feraient d’une pièce supplémentaire dans leur habitat, près de trois Français sur quatre seraient fortement tentés d’en faire un bureau ou un atelier créatif, une idée d’ailleurs partagée par toutes les générations.

Et les ambitions en termes de logement ne s’arrêtent pas là. Pour 82% des Français, vivre dans un logement éco-responsable qui respecte les bonnes pratiques environnementales est important. «Une mutation est en cours, le parc des logements va devoir s’adapter», indique Fabrice Abraham, directeur général de Guy Hoquet.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant