Pour les Français, le Japon sent encore le soufre 

le
0
Artistes, cadres, stagiaires des grandes écoles et touristes annulent leur venue.

«Mais enfin, je vous assure qu'il n'y a plus de danger immédiat à Tokyo !», s'échine à répéter Robert Lacombe au téléphone. Le directeur de l'Institut franco-japonais de Tokyo peine à convaincre le manager du groupe I AM de ne pas annuler le concert prévu. Peine perdue. «Sans danger, le Japon ? C'est toi qui le dis !», se voit-il répondre en substance. «Le gentil Justin Bieber viendra bien à Tokyo le 19 mai. Les durs d'I AM, eux, resteront à Marseille !», peste Robert Lacombe.

Depuis le séisme et la psychose nucléaire qui s'est ensuivie, une quinzaine d'artistes et de groupes français prévus ont annulé leur spectacle programmé au Japon au printemps. Et la saison d'automne n'est pas assurée. «Les artistes nous disent qu'ils viendront si la situation s'améliore. Mais la situation est stabilisée. Elle ne s'améliorera pas avant trente ans !», explique le directeur. Dans un spectacle, l'annulation d'un seul participant met souvent en péril toute la pro

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant