Pour les Français, l'unité nationale risque de ne pas durer

le
2
Pour les Français, l'unité nationale risque de ne pas durer
Pour les Français, l'unité nationale risque de ne pas durer

« La Marseillaise » reprise par l'ensemble de l'Assemblée nationale : l'image est belle, trop peut-être pour les Français. Selon le sondage exclusif Odoxa* pour l'émission CQFD (sur i>télé) et « le Parisien » - « Aujourd'hui en France », ils sont 89 % à estimer que l'unité nationale dont ont fait preuve les responsables politiques depuis les attentats ne durera pas. Et que les élus reviendront rapidement à leurs divisions.

Certes, les Français saluent la mobilisation générale. Mais pour 78 %, le rassemblement des derniers jours n'est qu'un mouvement ponctuel lié à l'émotion des attentats. Comme si, finalement, l'unité nationale n'était qu'un feu de paille. Il est vrai que la France a déjà connu ces moments de grâce sans véritables lendemains. « Même après la Seconde Guerre mondiale, l'unité nationale a très vite butté sur les clivages partisans, il ne faut donc pas se leurrer », rappelle le politologue Pascal Perrineau. Plus récemment, ni les rassemblements black-blanc-beur célébrant la victoire de la France au Mondial de 1998, ni les manifestations anti-Le Pen après le 21 avril 2002 n'ont bouleversé la donne.

Tambouille politique

Car le débat politique en France a ses fondamentaux. L'affrontement entre la gauche et la droite en fait partie. Loin des pays qui ont l'habitude des grandes coalitions comme l'Allemagne. Mais, explique aussi Gilles Finchelstein, directeur de la Fondation Jean Jaurès, « au-delà de l'opposition droite-gauche, nos institutions conduisent aussi à entretenir les clivages ». C'est le cas notamment du mode de scrutin majoritaire à deux tours qui génère du conflit politique. Il y a donc fort à parier que le sursaut de ces derniers jours vienne se fracasser sur les élections départementales des 22 et 29 mars. Et que, d'ici là, la tambouille politique reprenne ses quartiers.

Unité nationale ou pas, la loi Macron sur la croissance en débat à l'Assemblée suscite ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gustav10 le samedi 17 jan 2015 à 13:30

    Les politiques ne s'intéressent qu'à leur réélection. Ils ne s'intéressent plus à la France depuis la présidence de VGE. Ce sont les français qui sont descendus dans les rues et les politiques n'ont fait que les suivre par intérêt personnel.

  • pichou59 le samedi 17 jan 2015 à 12:49

    les responsables politiques ont plutôt en ligne de mire, les prochaines élections - ils ont toujours fait semblant , et on oublie vitre les réalités : chômage...... ; la marseillaise, c'est le peuple qui l'a chanté de weekend!!!!!