"Pour les djihadistes, plus on est fort, plus on représente une cible"

le
0
Camille Grand, directeur de la Fondation pour la recherche stratégique.
Camille Grand, directeur de la Fondation pour la recherche stratégique.

Après les attaques survenues ce vendredi 13 novembre, Camille Grand, directeur de la Fondation pour la recherche stratégique, analyse pour le Point.fr la stratégie de communication de l'État islamque.

Quel message les djihadistes veulent-ils faire passer avec ces nouveaux attentats ?

Daesh a fait le choix de nous infliger un type d'attaque auquel notre pays n'avait encore jamais été confronté : le terrorisme de masse. Au contraire des attentats de janvier qui avaient ciblé des symboles, avec Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher, cette fois-ci l'État islamique frappe à l'aveugle, de façon totalement indéterminée, à la manière des grands attentats menés par Al-Qaïda à Madrid et à Londres il y a quelques années. L'objectif est très clairement de faire passer le message à tous les Français que Daesh peut frapper n'importe où, n'importe quand et surtout n'importe qui. Ces attaques ont été perpétrées pour inspirer la peur dans toute la population.

Comment expliquer ce changement opérationnel ?

Les raids aériens lancés sur les territoires syriens et irakiens de Daesh forcent les djihadistes à modifier leur stratégie de base. Jusqu'alors les efforts de guerre de l'État islamique étaient principalement tournés vers la conquête territoriale. C'est ce qu'on appelle la stratégie du Khalifat. Or les attentats perpétrés en France et des événements...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant