Pour les Bleus, ça passe par l'axe

le
0
Pour les Bleus, ça passe par l'axe
Pour les Bleus, ça passe par l'axe

En manque cruel d'un ailier décisif depuis la blessure de Yoann Huget, le XV de France a marqué cinq essais au Canada en passant quasiment constamment par l'axe. Bastareaud, Fofana et Michalak ont trouvé des ouvertures plein centre quand, sur les ailes, Dulin et Grosso ont souvent été laissés de côté.

Depuis quarante-huit heures et l’annonce du XV de départ, le choix de Philippe Saint-André de changer ses deux ailiers pour affronter le Canada a été largement commenté. Et critiqué. Brice Dulin, l’arrière qui ne s’épanouit pas à l’aile d’un côté, et Rémy Grosso, le nouveau venu en Bleus, de l’autre. Pourtant ce jeudi soir à Milton Keynes, le XV de France a gagné sans ailiers. Et sans cet essai de Rémy Grosso dans les derniers instants, on aurait même pu écrire que les Bleus auraient été meilleurs sans leurs ailiers.

Dur ? Pas tant que ça. En première période, Brice Dulin s’est retrouvé isolé, voire transparent. Jamais servi en position d’attaque, l’arrière du Racing 92 n’a pas été mis en valeur. A l’opposé, Rémy Grosso a dû attendre la 15eme minute de jeu pour toucher son premier ballon. Et si offensivement, le Castrais a tenté de passer la ligne d’avantage avec puissance, il s’est retrouvé en difficulté sur les deux essais canadiens, inscrits coup sur coup à la demi-heure de jeu. Après le bon match de Sofiane Guitoune contre la Roumanie, PSA avait décidé de donner une chance à Dulin et Grosso, en laissant le Bordelais et Nakaitaci en tribunes, mais aucun des deux ailiers du soir n’a vraiment saisi sa chance.

Avec Picamoles, ça peut faire mal !

Car la victoire du XV de France s’est construite dans l’axe. Face aux coéquipiers de Jamie Cudmore, les Bleus ont fait la différence en première période par trois hommes : Frédéric Michalak, Wesley Fofana et Mathieu Bastareaud. Les deux centres ont été les plus percutants. Chacun dans leur style. Un Bastareaud en mode bulldozer capable de gagner plusieurs dizaines de mètres à lui tout seul, et un Fofana plus aérien qui a posé d’énormes problèmes aux Canucks dans les vingt premières minutes. Le Clermontois a d’ailleurs été récompensé d’un essai dès la 3eme minute de jeu en résistant à trois plaquages adverses.

Les trois essais suivants ? Trois mauls menés jusqu’à l’en-but adverse par le XV de France, et conclus par Guirado, Slimani et Papé. Rien de spectaculaire, rien qui ne nous fait bondir de notre chaise, mais une variété de cartouches offensives intéressante. En manque d’un ailier performant depuis la grave blessure de Yoann Huget, le jeu tricolore a peut-être trouvé la parade pour vivre sans joueurs de couloirs. En ajoutant un Louis Picamoles en forme et très percutant à la paire de centres en progrès ce jeudi soir, une ossature axiale très solide semble se dessiner. Et PSA pourrait enfin trouvé autour de quoi articuler son équipe.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant