Pour les Bleuets, le plus dur commence

le
0
Pour les Bleuets, le plus dur commence
Pour les Bleuets, le plus dur commence

Ils ont fait mieux que leurs aînés. Deux semaines après l'échec tricolore en finale contre le Portugal (1-0 a.p.), les Bleuets ont remporté dimanche face à l'Italie (4-0) l'Euro des moins de 19 ans. Une consécration pour cette génération 1997 qui devra désormais confirmer sur la durée pour percer au plus haut niveau (ce qui n'est pas acquis, sur les Tricolores vainqueurs de l'Euro des moins de 19 ans en 2010, seulement trois ont été convoqués en équipe de France A : Griezmann, Lacazette et Grenier).Dans ce groupe de 18 joueurs dirigés par Ludovic Batelli, deux seulement n'ont pas encore de contrat professionnel avec leur club. Il s'agit du deuxième gardien des Bleuets, le Nantais Quentin Braat et du défenseur de Toulouse Clément Michelin, titulaire à quatre reprises lors de la compétition. Les autres sont déjà tous entrés dans le monde professionnel... avec pour l'instant plus ou moins de réussite.

 

Augustin, Mbappé  : les stars !

 

Certains sont parvenus à percer (un peu) en club. C'est le cas du Parisien Jean-Kévin Augustin, meilleur buteur du tournoi (6 buts). Après avoir disputé 18 matchs la saison dernière avec le PSG, il aura une nouvelle occasion de se mettre en lumière cette saison en tant que troisième attaquant derrière Cavani et sa future doublure. L'autre star de cette équipe tricolore, Kylian Mbappé avait déjà fait parler de lui en Ligue 1 lors de ses 11 matchs disputés avec Monaco. Le tout à seulement 17 ans ! Le gardien Bernardoni (21 matchs avec Troyes puis Bordeaux), le défenseur Diop (23 matchs avec Toulouse), celui de Nice Boscagli (15 matchs), l'ailier Blas (14 matchs avec Guingamp), sont également des talents connus de notre championnat. A Sochaux (L 2), Onguéné et Fuchs ont eux gagné l'an dernier une place de titulaire tandis que Marcus Thuram a disputé une petite vingtaine de matchs.

 

D'autres peinent en revanche à décoller dans leur formation respective. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant