Pour le président de Nestlé France, « le rituel du repas familial se perd »

le
2
Pour le président de Nestlé France, « le rituel du repas familial se perd »
Pour le président de Nestlé France, « le rituel du repas familial se perd »

Nestlé fête cette année ses 150 ans. Comment la petite PME est-elle devenue une multinationale ?

En innovant. En 1866, Henri Nestlé lance une farine lactée pour les mères ne pouvant allaiter. Le groupe Nestlé est né. Comme la Suisse est aussi le pays du chocolat, le groupe se lance sur le marché avec succès. Après avoir inventé le lait déshydraté, Nestlé a lancé le café soluble Nescafé dans les années 1930. A cette époque, il lance les glaces Esquimaux et ne va cesser de se diversifier par de la croissance externe également en rachetant des marques comme Herta ou Buitoni. En 1986, il révolutionne de nouveau le marché du café avec Nespresso. Au fil des ans, il est devenu le numéro 1 mondial de l'alimentation avec un chiffre d'affaires de plus de 85 Mds€.

 

Et en France ?

Nestlé s'installe en France rapidement, dès 1870. Les Français se sont donc très vite approprié la marque qui, encore aujourd'hui, reste largement perçue comme française. Ce n'est pas très étonnant car Nestlé a toujours fait le pari du local. Mousline, 52 ans cette année, Ricoré ou encore la fameuse tablette de chocolat Nestlé Dessert, sont nés sur notre territoire. Nestlé France compte quelque 70 marques, parmi lesquelles Herta, Nesquik, Nescafé, ou encore Perrier, la Laitière et Friskies. C'est le 3 e marché après les Etats-Unis et la Chine, le 1 er en Europe. La filiale française compte quelque 13 000 salariés, 23 usines, 5 centres de recherches et dégage un chiffre d'affaires de 4,8 Mds€.

 

Quels sont les enjeux pour la filiale française ?

Chez Nestlé France, il nous faut réconcilier la stratégie NHW (Nutrition-Santé-Bien-être) du groupe avec notre culture alimentaire. Depuis plusieurs années, le rituel du repas familial se perd en France, avec par exemple, le grignotage chez les jeunes, le snacking et l'individualisation du modèle.

 

Sous l'impulsion du patron du groupe Peter Brabeck, nous avons ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vazi il y a 3 mois

    à la recherche du chiffre !!!

  • vmcfb il y a 3 mois

    On comprend pourquoi les parents sont sans emprise sur leurs enfants; le repas familial (un par jour) est essentiel dans la communication, et l'éducation, la transmission des connaissances, le développement de la curiosité au fil de l'actualité, des jeunes. c'est là la demi-heure journalière où l'on fait le point, et durant laquelle on rappelle les bases de la culture (souhaitons-la positive) familiale..