Pour la zone euro, les Grecs doivent «s'adapter à la réalité»

le
6
Pour la zone euro, les Grecs doivent «s'adapter à la réalité»
Pour la zone euro, les Grecs doivent «s'adapter à la réalité»

Redescendez sur terre. C'est, en substance, ce qu'un des grands argentiers de l'Europe vient de déclarer aux Grecs, qui ont toujours besoin d'une perfusion urgente. «S'ils n'ont pas d'argent pour financer tous leurs vœux, les Grecs doivent adapter ces vœux à la réalité», a asséné Jeroen Dijsselbloem, le chef de l'Eurogroupe (les ministres des Finances de la zone Euro), à la télé néerlandaise RTL-Z. «La réalité, c'est qu'il y a peu d'argent et que, sans aide, la Grèce, en ce moment, ne s'en sortira pas», a-t-il ajouté.

La Grèce a désespérément besoin d'obtenir les 7,2 derniers milliards d'euros promis par l'Union européenne (UE) dans le cadre du deuxième plan d'aide au pays. Mais les discussions achoppent depuis janvier sur la réticence du nouveau gouvernement de gauche radicale à accepter de nouvelles réformes difficiles pour les Grecs. Avant la prochaine réunion des ministres des Finances de la zone euro, qui doit se tenir le 11 mai à Bruxelles, Athènes doit s'acquitter le 1er mai d'un remboursement de 200 millions d'euros.

«On a du mal à embrayer sur des choses concrètes»

Néanmoins, l'horizon n'est pas complètement bouché. Les interlocuteurs de l'UE apprécient la nomination d'un nouveau coordinateur de l'équipe de négociations grecque, capable de chapeauter des discussions qui ne portent pas seulement sur les finances mais aussi sur l'énergie, la justice, les affaires étrangères… «Un nouveau dispositif est mis en place avec des hommes qui dépendent directement du Premier ministre et c'est bien que ce soit le Premier ministre qui s'implique directement, qui coordonne la négociation», s'est réjoui le commissaire européen Pierre Moscovici lors d'un entretien à la chaîne de télévision Arte.

Il n'y a plus qu'à… trouver un accord avec cette nouvelle équipe grecque. Et ce n'est pas tout à fait gagné. «Pour le moment je vois surtout qu'on a du mal à embrayer sur des choses concrètes. Ce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dcabon le mercredi 29 avr 2015 à 08:00

    Le silence de Mélanchon sur "les succès" de Tsipias est tout simplement "assourdissant" !!

  • M2286010 le mercredi 29 avr 2015 à 07:34

    Le 1° Mai, la Grèce fera défaut sur les marchés. Mettez vos investissements sur du solide, il va y avoir du grabuge !!

  • Georg47 le mercredi 29 avr 2015 à 07:10

    M7361806 : Tsipias aurait-til menti pur arriver au pouvoir ?Je ne peux pas le croire venant d'un homme de gauche !Je ne connais pas d'exemple de ce genre.......lol

  • wanda6 le mardi 28 avr 2015 à 23:53

    M7361806 : Si Siriza veut respecter ses promesses, il doit sortir la Grèce de l’UE, retrouver l’indépendance car comme a dit Mr. Junker « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens ».

  • angel001 le mardi 28 avr 2015 à 23:09

    Et nous, c'est pour quand ?

  • M7361806 le mardi 28 avr 2015 à 22:04

    Les radicaux de gauche GRECS ont trompé leurs &lecteurs comme HOLLANDE en FRANCE