Pour la première fois, la fraude à la carte bancaire diminue

le
0

VIDÉO - Le nombre d'opérations frauduleuses a baissé en France. Mais il continue à progresser à l'étranger.

C'est une première. La fraude à la carte bancaire a diminué l'an dernier pour les paiements réalisés dans l'Hexagone avec une carte française, constate l'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement. La fraude a concerné un peu plus de 4 opérations sur 10.000 (0,043 %, au lieu de 0,046 % un an plus tôt). Les montants escroqués ont aussi baissé de 4 millions d'euros, passant à 235 millions d'euros. Seul bémol, les retraits aux distributeurs ont continué à légèrement progresser (0,034 % de la fraude).

De façon générale, «cette évolution positive est due à la généralisation en France et en Europe de l'usage de la carte à puce, mais aussi au déploiement dynamique d'authentification renforcée», justifie Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France et président de l'Observatoire. L'authentification renforcée concerne notamment les paiements en ligne. Il s'agit de dispositifs de type «3D Secure». Celui-ci oblige l'acheteur, pour valider un achat, à indiquer un code à usage unique envoyé par sa banque par SMS. Même si elle diminue depuis trois ans, la fraude sur les paiements à distance (essentiellement sur Internet) reste toutefois relativement élevée (0,248 % au lieu de 0,010 % pour les paiements dans les magasins). Ces paiements, qui ne représentent que 11,6 % de la valeur des transactions nationales, concentrent 66,5 % du montant de la fraude. Certains secteurs sont particulièrement vulnérables. «Le secteur de la téléphonie et communication connaît de manière durable un taux de fraude très supérieur à la moyenne», constate l'Observatoire.

Le paiement sans contact pas plus risqué

Les achats sur des sites de e-commerce étrangers restent de loin les plus problématiques (9,1 paiements en ligne sur 1000 frauduleux au sein de l'Europe et 9,6 dans le reste du monde). «La fraude auprès des e-commerçants étrangers a très fortement augmenté en 2014, représentant 104,5 millions, contre 81,2 millions d'euros en 2013», souligne l'Observatoire.

L'international reste le point noir de la sécurité des moyens de paiement. Les fraudes sur les achats réalisés à l'étranger ont encore fortement augmenté (+ 15 % par rapport à 2013 à 266 millions d'euros). Pour la première fois, elles ont représenté plus de moitié (53,1 %) du montant total de la fraude, alors qu'elles ne comptaient que pour 13,5 % des transactions.

En revanche, le paiement sans contact ne semble pas poser de problème particulier. Les cartes dotées de ce dispositif, permettant de payer sans composer son code secret, ne sont pas plus piratées que les autres (0,015 % l'ont été). Au total, au cours des neuf premiers mois de l'année dernière, 108.000 euros ont été soutirés à des particuliers qui avaient perdu ou s'étaient fait voler leur carte. Ce qui devrait rassurer les consommateurs qui s'inquiètent du possible détournement de leur carte, ils peuvent toutefois demander à leur banque de retirer cette fonction. Toutes opérations confondues, 905 600 cartes bancaires françaises ont été victimes d'au moins un piratage l'an dernier (+ 5,2 %), pour un préjudice moyen par opération de 112 euros (116 euros en 2013). Au final, 500,6 millions d'euros (+ 6,5% par rapport à 2013) ont été piratés en 2014.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant