Pour la "French Tech", l'aventure américaine part aussi de New York

le
0
Pour la "French Tech", l'aventure américaine part aussi de New York
Pour la "French Tech", l'aventure américaine part aussi de New York

Elle s'impose moins à l'esprit que la Silicon Valley californienne, mais la côte est américaine est une autre porte d'entrée pour les entrepreneurs français du secteur technologique se lançant sur le marché américain.Loïc Moisand, 31 ans, a franchi le pas il y a un an et demi: ce patron d'une société française de gestion de réputation en ligne pour les marques et les entreprises, Synthesio, fondée en 2006 avec un camarade d'école de commerce, a déménagé à New York où l'entreprise avait ouvert un bureau."On avait dû signer deux gros contrats aux Etats-Unis, donc ça commençait à devenir intéressant", raconte-t-il à l'AFP. "La grosse croissance du marché se fait là. Et je ne pense pas qu'on puisse vraiment réussir un déploiement américain sans avoir un des fondateurs qui se déplace, ça demande une connaissance historique de la société, une vraie vision stratégique".Pour lui, "New York était une évidence vu la taille du hub technologique en train de se développer ici".Des acteurs reconnus de la Silicon Valley comme Facebook ou Google ont ouvert des antennes à Manhattan. Mais la tech à New-York, c'est au total 6.970 sociétés au troisième trimestre 2013, presque autant qu'avant l'explosion de la bulle internet, installées jusque dans les quartiers moins centraux de Brooklyn ou du Queens, selon le dernier rapport sectoriel de l'Etat de New York."Le secteur high-tech crée des emplois bien payés" (103.100 postes au total, soit 33% de croissance en quatre ans) et "aide à réduire la dépendance économique de la ville de New York à Wall Street", souligne ce rapport.Les "Frenchies" ne sont pas en reste. "Je ne pensais pas qu'il y avait autant d'entrepreneurs français à New York!", s'étonnait récemment un participant à la première "rencontre des acteurs français du numérique" organisée par le consulat après avoir constaté l'essor des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant