Pour la Commission, le TTIP est toujours à l'ordre du jour

le
1
    BRUXELLES, 29 août (Reuters) - La Commission européenne a 
rappelé lundi qu'elle avait reçu des Etats membres le mandat 
pour mener les négociations avec les Etats-Unis sur un projet de 
traité de lire échange dont le vice-chancelier allemand, Sigmar 
Gabriel, a estimé la veille qu'elles avaient "de facto échoué". 
    "La balle roule toujours", a déclaré le porte-parole de la 
Commission, Margaritis Schinas, interrogé sur les déclarations 
du dirigeant allemand. 
    "Même si les discussions commerciales prennent du temps, le 
processus est enclenché et la Commission réalise des progrès 
constants dans les négociations en cours sur le TTIP", a-t-il 
poursuivi. 
    "Les discussions entrent en effet dans une étape cruciale, 
puisque les propositions sont sur la table pour la 
quasi-totalité des chapitres ainsi qu'un aperçu général du futur 
accord", a-t-il ajouté.  
    Le Partenariat transatlantique de commerce et 
d'investissement (TTIP, ou Tafta) est en discussion depuis trois 
ans. Mais le vice-chancelier et ministre allemand de l'Economie, 
Sigmar Gabriel, a estimé dimanche que les négociations 
commerciales avaient "de facto échoué parce que nous, les 
Européens, nous ne voulions pas nous soumettre aux exigences 
américaines". 
    "Les choses ne progressent pas sur ce front", a ajouté 
Gabriel, également chef de file du Parti social-démocrate 
allemand. 
    Le sujet sera à l'ordre du jour de la prochaine réunion des 
ministres européens du Commerce, le 22 septembre à Bratislava. 
    Les négociations sur le Partenariat transatlantique de 
commerce et d'investissement (TTIP, ou Tafta) ont débuté voici 
trois ans mais les deux parties n'ont pas été en mesure de 
surmonter leurs divergences. La victoire du Brexit au référendum 
du 23 juin sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE est un autre 
coup d'arrêt aux négociations. 
    Barack Obama, qui se heurte aussi à des oppositions aux 
Etats-Unis, dit vouloir conclure un accord avant la fin du 
second et dernier mandat du président américain, en janvier 
prochain. 
    La Commission européenne est également prête à finaliser 
l'accord d'ici la fin de l'année mais pas au détriment des 
règles de sécurité, de santé, sociales et de protection des 
données ou de la diversité culturelle de l'Europe, a rappelé 
Schinas. 
 
 (Gabriela Baczynska avec Michelle Martin à Berlin; Henri-Pierre 
André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 11 mois

    La commission européenne est le contraire de la démocratie. Il faut y mettre fin avant que l'UE ne soit asservie économiquement et juridiquement. Elle l'est déjà militairement avec l'OTAN!!! Us go home!