Pour L'Oréal, la beauté passe aussi par la high tech

le
0
Pour L'Oréal, la beauté passe aussi par la high tech
Pour L'Oréal, la beauté passe aussi par la high tech

De la détection précoce de nouvelles tendances à la détermination de la teinte idéale de fond de teint, le géant français des cosmétiques L'Oréal mise sur la Silicon Valley pour parfaire son expertise.Le groupe a implanté dans un ancien quartier industriel de San Francisco, aujourd'hui peuplé de nombreuses startups, une antenne de son "tech incubateur" qui emploie près de 25 personnes aux profils très variés: l'ingénieur industriel et le biologiste y côtoient des spécialistes des algorithmes ou des services mobiles.D'après son responsable, Guive Balooch, cette structure a été inspirée par l'essor des objets connectés liés à la santé et des services liés au "big data", l'exploitation des énormes quantités de données collectées en ligne. L'idée était de "voir où la beauté pouvait s'intégrer dans cet espace", a-t-il expliqué lors d'un voyage de presse organisé par le groupe en Californie.Les recherches de ses équipes sur l'électronique flexible ont par exemple débouché sur un patch dévoilé en janvier qui se colle sur la peau et mesure l'exposition aux ultraviolets: il supporte les douches et les applications de crème solaire pendant cinq jours, mais ses nuances de bleu changent avec les expositions. Pour concevoir son processus de production, l'incubateur s'est tourné vers PCH Lime Lab, un laboratoire de prototypage basé comme lui à San Francisco qui aide beaucoup de startups à finaliser leurs produits et à entrer en relation avec des fabricants.- Personnalisation -L'incubateur a aussi contribué à un fond de teint hi-tech et personnalisé, "Le Teint Particulier" de Lancôme, vendu en exclusivité dans deux magasins à Los Angeles et Seattle, avec un objectif de 50 points de vente d'ici fin 2017 entre les Etats-Unis, le Canada et l'Europe. La peau de la cliente est scannée et son ton déterminé avec grande précision, afin de réaliser un mélange unique. La procédure utilise ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant