Pour l'OCDE, l'Italie doit accélérer les réformes

le
0
L'OCDE salue les efforts de redressement initiés par le chef du gouvernement italien. Mais appelle à une mise en œuvre rapide, face à l'incertitude politique à l'issue du gouvernement technique.

Mention bien, même très bien, de l'OCDE à Mario Monti, mais attention à ne pas relâcher l'effort. «Non à la tentation de revenir en arrière et de démanteler les réformes accomplies!», a plaidé le secrétaire général de l'Organisation, Angel Gurria, ce lundi à Rome, lors de la présentation d'un rapport sur la compétitivité. Ces réformes étaient «nécessaires depuis longtemps», mais n'en sont pas moins «courageuses, ambitieuses et vastes» et doivent se poursuivre en dopant la compétitivité de l'Italie, à la traîne des grandes économies développées.

Le verdict est important pour le chef du gouvernement italien, qui a besoin de crédibilité internationale pour asseoir ses réformes et rassurer les investisseurs. Il a déjà reçu le satisfecit du FMI, de Bruxelles et même des agences de notation. Abrité derrière un gouvernement de technocrates et «aidé» par la pression des marchés, il aura imposé un ajustement de 20 milliards d'euros voté dans l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant