Pour Juncker, le gazoduc South Stream n'est pas enterré

le
3

BRUXELLES, 4 décembre (Reuters) - Le projet de gazoduc South Stream, dont la Russie s'est retirée cette semaine, peut être poursuivi, a affirmé jeudi le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. "Pour ce qui concerne South Stream, l'Union européenne et la Bulgarie travaillent ensemble pour résoudre les questions en suspens, (qui) ne sont pas insurmontables", a-t-il dit à l'issue d'un entretien à Bruxelles avec le Premier ministre bulgare Boïko Borissov. Le chef du gouvernement bulgare a précisé pour sa part qu'il n'avait reçu aucune notification officielle du retrait russe. Le gazoduc South Stream, un projet à 40 milliards de dollars (32 milliards d'euros environ), devait relier la Russie à l'Europe du Sud via la Bulgarie en contournant le territoire ukrainien et en passant sous la mer Noire. Mais le groupe public russe Gazprom a annoncé lundi qu'il s'en retirait. (voir ID:nL6N0TL466 ) Les discussions se poursuivront mardi prochain à Bruxelles lors de la réunion des ministres européens de l'Energie. (Barbara Lewis et Adrian Croft; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le jeudi 4 déc 2014 à 16:38

    Avec du pétrole à 60 $, dans 2-3 ans le gaz de schiste sera râpé, partout.

  • noterb1 le jeudi 4 déc 2014 à 15:59

    Junker n'a pas compris qu'il fallait faire la place au gaz de schiste US !

  • LeRaleur le jeudi 4 déc 2014 à 15:45

    Mais si il l'est.