Pour Janet Yellen, une hausse de taux en décembre est possible

le , mis à jour à 18:12
1
JANET YELLEN N'EXCLUT PAS UNE HAUSSE DES TAUX EN DÉCEMBRE
JANET YELLEN N'EXCLUT PAS UNE HAUSSE DES TAUX EN DÉCEMBRE

WASHINGTON (Reuters) - La présidente de la Réserve fédérale américaine, Janet Yellen, a clairement laissé entendre mercredi que la banque centrale pourrait entamer le mois prochain le relèvement de ses taux d'intérêt, tout en évoquant une remontée lente afin de ne pas compromettre la reprise économique.

"Ce à quoi s'attend le comité (de politique monétaire-NDLR), c'est à ce que l'économie continue de croître à un rythme suffisant pour permettre une poursuite de l'amélioration du marché du travail et un retour de l'inflation à notre objectif de 2% à moyen terme", a-t-elle déclaré lors d'une séance de questions-réponses à l'occasion d'une audition au Congrès.

"Si les données à venir soutiennent cette anticipation (...), décembre sera une possibilité" pour relever les taux courts, a-t-elle ajouté.

L'économie américaine "se porte bien", a-t-elle expliqué, mais la Fed entend toujours adopter une approche graduelle une fois qu'elle aura engagé le mouvement de hausse de ses taux. "C'est l'ensemble du processus qui importe", a-t-elle dit.

Ses propos sont les premiers depuis la réunion de politique monétaire de la semaine dernière, au terme de laquelle le Federal Open Market Committee (FOMC) a choisi de laisser les taux inchangés tout en évoquant plus précisément qu'auparavant la possibilité d'un relèvement en décembre.

Les déclarations de Janet Yellen ont fait monter les rendements des bons du Trésor américain et le dollar, qui a atteint son plus haut niveau depuis trois mois face à l'euro à 1,0845.

Sur les marchés à terme de taux d'intérêt, la probabilité estimée par le marché d'une hausse de taux le mois prochain a parallèlement augmenté pour dépasser 60%.

Une hausse des taux à l'issue du FOMC des 15 et 16 décembre serait la première aux Etats-Unis depuis près de dix ans et marquerait la reconnaissance claire par la banque centrale d'un retour à la normale de la situation économique aux Etats-Unis après la crise financière et la récession qu'elle a provoquée.

(Howard Schneider, avec Jason Lange et Jonathan Spicer, Véronique Tison et Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jeepaudi le mercredi 4 nov 2015 à 17:50

    je sais que je vais augmenter un jour les taux d'intérêt, mais si j'augmente il faudra que je réactive le QE parce que l'impact sur les émergents va planter l'économie mondiale et US en particulier, donc je baisserai avant de peut être réaugmenter..... ç a ressemble à l'inversion de la courbe du chômage en France