Pour Hortefeux, la réponse pénale demeure la clé

le
0
Selon la Place Beauvau, 19.000 personnes en France auraient déjà commis plus de 50 délits.

«Après avoir identifié et interpellé un suspect si celui-ci s'avère coupable, il doit être mis hors d'état de nuire», estime Brice Hortefeux. À ses yeux, « policiers et gendarmes constituent avec la justice une seule chaîne de sécurité dont chaque maillon doit être aussi solide.» Il poursuit : «Avec mon collègue de la Justice, Michel Mercier, nous partageons les mêmes principes : n e pas sanctionner, c'est affaiblir la loi, et affaiblir la loi, c'est affaiblir la société.» Le ministre de l'Intérieur ne veut donc pas alimenter de nouvelles polémiques avec la Place Vendôme. Mais il reste sensible aux préoccupations de ses troupes qui ont parfois le sentiment que les juges du siège ne les suivent pas.

Les malentendus se sont succédé en 2010, de l'affaire de Corbeil-Essonnes, qui vit les agresseurs d'un policier, à coups de marteau, ressortir libres du tribunal en criant «Merci la France !» , à celle de l'un des braqueurs présumés du Casino d'Uriage (

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant