Pour Hollande, Pierre Gattaz a "un problème de langage"

le
30
HOLLANDE JUGE QUE GATTAZ A "UN PROBLÈME DE LANGAGE"
HOLLANDE JUGE QUE GATTAZ A "UN PROBLÈME DE LANGAGE"

PARIS (Reuters) - François Hollande a reproché lundi soir au président du Medef de ne pas "maîtriser son expression" après que Pierre Gattaz eut jugé la situation économique de la France "catastrophique", contredisant le chef de l'Etat qui estime la reprise réelle mais fragile.

"Je crois que là, il y a un problème de langage", a dit le président français lors d'un dîner avec l'association de la presse présidentielle.

"Ce langage-là doit changer, il est très important sur le plan économique qu'il puisse y avoir au moins la prise en considération de ce qu'il s'est fait", a ajouté François Hollande, évoquant les baisses de charges et d'impôts du pacte de responsabilité en faveur des entreprises.

François Hollande a jugé qu'en peignant un portrait noir de l'économie française, Pierre Gattaz envoyait un message pessimistes à même de décourager ses mandants, les chefs d'entreprises.

"Je crois qu'il y a un problème d'expression qui peut avoir des conséquences économiques", a souligné le chef de l'Etat.

Dans un entretien publié lundi par Le Figaro, le président de la première organisation patronale française a estimé que la croissance n'était pas au rendez-vous.

"Il n'y a plus d'investissement et plus d'embauche (...) La situation économique du pays est catastrophique."

Pierre Gattaz dit voir surtout chez les chefs d'entreprises français de la méfiance et de l'attentisme et exhorte François Hollande et le gouvernement à passer à la "phase 2" du pacte de responsabilité.

Ce pacte prévoit 41 milliards d'euros de baisses de charges et d'impôts en trois ans à destination des entreprises, en échange d'engagements en termes d'investissements, d'embauches et d'efforts de formation à négocier dans les branches, comme vient de le faire celle de la chimie.

La trajectoire de ces baisses de prélèvements est inscrite dans les lois de finances et de financement de la Sécurité sociale rectificatives, en cours d'adoption par le Parlement.

Pierre Gattaz souhaite des mesures supplémentaires pour rétablir la confiance des investisseurs français et étrangers, comme l'abandon de la surtaxe de 75% payée par les entreprises sur les rémunérations supérieures à un million d'euros versées en 2013 et 2014.

Il plaide également de nouveau pour une révision des seuils sociaux, qui imposent des obligations supplémentaires aux entreprises en fonction de leurs effectifs, et pour la levée de l'interdiction du travail le dimanche et après 21h00.

Le président du Medef réitère enfin son idée d'un salaire minimum inférieur au smic pour les chômeurs de longue durée, afin de leur permettre de retrouver un emploi.

"Le niveau du smic doit pouvoir être discuté avec les partenaires sociaux pour que les populations très éloignées de l'emploi (...) puissent retrouver un travail", dit-il.

(Emmanuel Jarry avec Elizabeth Pineau et Julien Ponthus)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mipolod le mercredi 23 juil 2014 à 09:42

    Comme le dit Rémy Gaillard "c'est en faisant n'importe quoi que l'on devient n'importe qui". Flamb.y fait n'importe quoi mais il a une excuse : il était déjà n'importe qui !

  • rodde12 le mardi 22 juil 2014 à 15:23

    Droite ou gauche, c'est la caste administrative qui nous dirige. La balance commerciale est lourdement déficitaire depuis des dizaines d'années. C'est donc le pays qui est globalement en perte. Pourtant la caste administrative croit et se multiplie. Le secteur privé dérouille. Cette année les français ont réduit leur budget vacances. Ils doivent payer les impôts nouveaux. La révolution se fera contre l'administration faute d'argent dans le privé. Ne venez pas pleurer vous l'aurez voulu.

  • knbskin le mardi 22 juil 2014 à 11:33

    Mes posts – comme beaucoup d’autres - semblent ne pas plaire : ils doivent donc taper juste ! :D

  • mipolod le mardi 22 juil 2014 à 10:30

    Il y a du Pierre DAC dans les discours de notre culbu.tos national : "Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les 2 principes majeurs et rigoureux de ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir"

  • GAULLEC le mardi 22 juil 2014 à 10:27

    Julie assez pro dans ce domaine, j'aurais dû ajouter...

  • SuRaCtA le mardi 22 juil 2014 à 10:25

    Si Gattaz à un problème de language en disant la vérité, Tartuffe 1er à un problème de language en biasant systématiquement la vérité...

  • M1765517 le mardi 22 juil 2014 à 10:21

    à la censure ! je remet hollande et sa vacancatitude de 17 années !

  • GAULLEC le mardi 22 juil 2014 à 10:17

    ../.. Accessoirement il est important que tous ceux qui l'ont élu ressentent jusque dans leurs gènes le bonheur et les conséquences de leur acte salvateur pour le pays...

  • GAULLEC le mardi 22 juil 2014 à 10:16

    M3435004, non! non! Il est très important qu' hollande finisse son mandat pour qu'au cours des 3 prochaines années il puisse exprimer et développer toute sa vision de la France et la puissance de sa politique. 2 ans ne sont évidemment pas suffisants pour que les français apprécient à sa juste valeur un tel homme d’État et sentent tous les bienfaits exceptionnels de son leadership politique, économique et social../..

  • M4896128 le mardi 22 juil 2014 à 10:10

    C'est vrai, il a un problème de langage: il ne sait ni mentir ni pratiquer la langue de bois. Bref, c'est un décideur qui prend ses responsabilités, lui. Alors, pour communiquer avec lui, ce ne sont pas les mêmes clés qu'avec tous les petits copains de l'ENA ou du parti. Quand on voit un problème chez l'autre, le problème est en fait chez soi: c'est l'effet miroir bien connu chez les pro de la com. Quand on ne sait pas, on se fait conseiller et on choisit un bon conseiller.