Pour Hollande et Valls, un coupable nommé Daech

le
0

Dans la nuit de jeudi à vendredi, dans les entrailles de la Place Beauvau, François Hollande et Manuel Valls sont réunis au secret autour des principaux directeurs du ministère de l'Intérieur pour un « point de situation », au centre interministériel de crise. Quelques heures plus tôt, à Nice, un conducteur de camion a fait des dizaines de morts dans la foule massée sur la promenade des Anglais. Sur le moment, les choses paraissent claires. « Autour de la table, personne n'a eu de doute sur la connotation djihadiste de l'attaque », confie l'un des participants. D'après les premiers témoignages qui remontent alors à Paris, il n'y a certes pas de preuves tangibles qui permettent de l'assurer formellement. « Mais le mode opératoire correspond à 100 % aux préconisations de la propagande djihadiste », relève une éminence du renseignement. Et puis il y a la date surtout. Le 14 Juillet, la Fête nationale. « C'est évidemment une cible particulière », poursuit le même.

 

A 3 h 46 du matin, lorsque le président prend la parole depuis l'Elysée, il parle donc aux Français de « fanatiques », de la « menace des terroristes islamistes », et annonce un renforcement de l'action de la France « en Syrie et en Irak ». Plus tard, à Nice, il enfonce le clou : « Ces actes terroristes peuvent être commandités de loin, d'Irak et de Syrie. »

 

Pourtant, le groupe terroriste Etat islamique qui sévit dans ces deux pays n'avait pas revendiqué, à l'heure où nous bouclions ces lignes hier, l'attaque de jeudi. Sur les réseaux sociaux, ses partisans jubilent, mais aucun communiqué de Daech n'est tombé. Les autorités françaises sont-elles allées vite en besogne en établissant un lien entre l'auteur de l'attaque de Nice et l'organisation terroriste qui opère en Syrie et en Irak ? Une première réponse a été apportée hier par le procureur de la République de Paris. « Ce type d'action s'inscrit et correspond ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant