Pour Henri Guaino, "l'Europe, ce n'est pas un État"

le , mis à jour le
0
Henri Guaino, photo d'illustration.
Henri Guaino, photo d'illustration.

Henri Guaino a largement réagi aux négociations sur l'avenir du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne, désormais soumis au vote des Britanniques. « L'Europe va marcher autrement. (...) L'Europe, ce n'est pas un État, sauf pour les fous qui rêvent d'un fédéralisme européen, d'où les États auraient disparu, d'où les nations auraient disparu, d'où les peuples seraient expulsés », a-t-il dénoncé sur RTL.

« Le problème de l'Europe aujourd'hui, ce n'est pas celui de M. Cameron (le Premier ministre britannique qui fait campagne pour un maintien de son pays dans l'UE, NDLR), le problème de l'Europe, c'est celui des peuples. Le problème de l'Europe, c'est que les chefs d'État et de gouvernement doivent convaincre, non pas les autres gouvernements, mais les peuples, les peuples », estime le député Les Républicains des Yvelines, qui ajoute : « C'est la fin de l'Europe telle que nous essayons de la construire depuis le milieu des années 80. »

« Les Allemands mal placés pour donner des leçons d'Europe »

Henri Guaino préconise donc la politique de « la chaise vide » : « On fait la chaise vide ou on impose nous-mêmes nos règles jusqu'à ce qu'on discute et qu'on arrive à conclure de façon conforme aux intérêts vitaux de chaque pays. »

Une politique qui s'applique notamment à propos de la crise agricole : « La France ne devrait plus siéger (à...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant