Pour Guaino, Sarkozy doit se déclarer le plus tard possible 

le
0
Selon le conseiller spécial du président, Arnaud Montebourg a «posé les problèmes que tout le monde se pose» mais «la démondialisation, ça ne veut rien dire».

Mobilisation ou pas, Henri Guaino reste «radicalement, viscéralement opposé» à la primaire. Invité dimanche du «Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro», le conseiller spécial de Nicolas Sarkozy a répété que le système de sélection du candidat du PS lui paraissait «totalement incompatible avec l'esprit de nos institutions» car «l'élection du président de la République au suffrage universel dans la Ve République, c'est un homme ou une femme qui se libère de son camp pour aller à la rencontre des Français». Tout le contraire de la primaire qui, selon lui, est «l'enfermement du candidat dans son camp». Au passage, il a jugé «un peu limite du point de vue de la déontologie journalistique» que l'exercice ait «écrasé toute l'actualité».

«Rupture dans la rupture»

Logiquement, ce gaulliste revendiqué ne veut pas entendre parler de primaire à droite. Il a même qualifié d'«imbécillité» l'idée que ce système soit appliqué à Nicolas Sarkozy dès 2012. Le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant