Pour gagner la bataille du chômage, Hollande mélange les chiffres !

le
2
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

C'est une petite phrase qui fera beaucoup parler : "Le chômage a augmenté d'un million sous mon prédécesseur", affirme ce matin François Hollande sur Europe 1 et mettant en avant que le nombre de demandeurs d'emploi n'a progressé que de 600 000 depuis son arrivée au pouvoir... Voici un beau raccourci dans lequel le chef de l'État mélange les carottes et les poireaux. De 2007 à 2012, les chômeurs des catégories A (n'ayant exercé aucune activité) B et C (en activité réduite) ont augmenté de 1 092 700, et de 754 900 pour la seule catégorie A.

Pendant les quatre permières années de son quinquennat, François Hollande a fait progresser les chiffres des sans-emplois des catégories A, B et C de 1 095 800 et de 607 800 pour ceux qui n'ont exercé aucune activité... Conclusion, en comparant ce qui est comparable, les deux présidents font jeu égal sur le critère le plus fréquemment employé à un an du terme du bail de l'actuel locataire de l'Élysée. François Hollande semble d'autant plus "tenir" aux chiffres des demandeurs d'emploi reposant sur les trois catégories distinguées par Pôle Emploi qu'il les avait mis en avant le 3 mai 2012 lors de son face-à-face avec Nicolas Sarkozy entre les deux tours de la présidentielle. Ce critère lui semblant alors le plus efficace pour critiquer le bilan de son prédecesseur... Le retour de bâton est d'autant plus sévère aujourd'hui...

Source Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp il y a 7 mois

    @M825219 vous avez oublié les guerres hollandaises se ses conséquences catastrophiques en france

  • M8252219 il y a 7 mois

    Ça ne changera pas le Bilan de 4 années Hollandaises: 600 000 chômeurs de plus,le déficit à 100% du produit intérieur brut,les INÉGALITÉS entre salariés du public et du privé aggravées,toujours trop de parlementaires et d'élus,les statuts spéciaux toujours privilégiés SNCF, EDF,Toujours trop de fonctionnaires administratifs, toujours du copinage et des passes droits dans la haute administration. NOUS payons tout cela par nos impôts.