Pour François Hollande, «rien n'est acquis»

le
0
Dans les quartiers populaires, où il se déplace pendant quarante-huit heures, le candidat du PS multiplie les appels à la mobilisation.

Le problème est moins de convaincre que d'être entendu. Dans les quartiers populaires, où il se déplace pendant quarante-huit heures, François Hollande multiplie les appels à la mobilisation. Il veut lutter contre l'abstention, qui, dans les banlieues, pénaliserait d'abord la gauche. «J'en connais qui au fond d'eux-mêmes escomptent une démobilisation, un découragement, une démotivation», a-t-il lancé vendredi à l'heure du déjeuner, dans le Jardin de la paix et des libertés, à Vaulx-en-Velin. «Ils se disent: "Si seulement les jeunes ne venaient pas voter..." Ils viendront. "Si seulement les quartiers pouvaient rester bien tranquilles le jour des élections..." Eh bien, ils viendront tranquillement voter, les habitants! "Si ces citoyens pouvaient se disperser entre toutes les familles de la gauche..." Mais vous ferez dès le 22 avril le vote du changement.» Nicolas Sarkozy est visé.

«Un vrai travail d'immersion»

Dans les enquêtes

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant