Pour Fillon, «la présidentielle n'est pas encore écrite» 

le
2
Le premier ministre a appelé l'UMP à «ne pas rougir du bilan». En recadrant ses militants, François Fillon réaffirme sa volonté de voir la droite remporter l'élection présidentielle.

Comment remobiliser les troupes, alors que François Hollande est toujours donné vainqueur par les sondages, à trois mois de la présidentielle, et que le doute commence à s'immiscer dans les rangs de la majorité? Le premier ministre a choisi d'adopter un ton résolument offensif, mardi 25 janvier, à Lyon, à l'occasion d'une cérémonie de v½ux organisée par la fédération UMP du Rhône. «L'élection présidentielle n'est pas encore écrite», a lancé François Fillon, sous les vivats de plusieurs centaines de militants du parti majoritaire, rassemblés à l'espace de la Tête d'or à Lyon. «J'aborde cette échéance avec la conviction que le poids de la vérité va s'imposer sur la volatilité des illusions et l'artifice des slogans», a-t-il ajouté. «Plus nous approcherons du vote, plus la force des réalités donnera au rendez-vous présidentiel la gravité que les circonstances exigent.» Il a dénoncé une «gauche sectaire», qui n'a pas d'autre objectif que de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le jeudi 26 jan 2012 à 10:14

    JPi - Pas de solution proposée par Sarkozy ou Hollande pour réduire les dépenses de l’état, rien qu’augmenter les impôts. Je propose : « Fin des abus ». 1-Fin des 35 h , 2 -Plafonnement des retraites , 3-Réduction (-20%) des salaires et retraites de la fonction publique européenne , 4-Fin des niches fiscales. 5 -Taxation à mort des parachutes dorés, des primes, des salaires mirobolants et des sociétés qui permettent ces détournements d’argent. Entre 2007 et 2011 la dette augmente de 40%

  • M4189758 le jeudi 26 jan 2012 à 10:14

    JPi - On écrit : Travailler plus pour payer plus d'impôt : c'est 30% de la solution. Réduire les dépenses de l’état : c'est 70% de la solution. Le mur de la dette c'est comme le mur du son : ça pète en passant. Il n'y a pas de solution soft. Quand, nos ‘polis tiques’, commenceront-ils à dépenser moins ? Pour le 1er avril le premier vrai plan de rigueur pour l’état ? Allons, COURAGE !