Pour Fillon, il est dangereux de «blesser nos partenaires européens»

le
0
Dimanche dans le Val d'Oise, le premier ministre a vivement remis à leur place ceux, notamment à gauche, qui ont critiqué ces derniers jours la politique de l'Allemagne face à la crise.

Une mise au point sévère. Invité à clôturer les entretiens de Royaumont (Val d'Oise) organisés chaque année par le député UMP Jérome Chartier, le premier ministre a répondu aux violentes critiques de la politique d'Angela Merkel face à la crise émises par une partie de la classe politique française, dont certains au PS : «On entend ces jours ci des responsables politiques qui se mettent à parler de Bismarck ou de Munich à propos de nos amis allemands, au moment où nous devons avec eux défendre l'héritage de la construction européenne», a lancé François Fillon. «Il est irresponsable, indécent, de jouer sur des formes du sentiment national qui appartiennent au passé et que nous ne voulons pas voir ressurgir», a-t-il souligné, en ajoutant qu'il était «dangereux d'instrumentaliser le patriotisme pour caricaturer et blesser nos partenaires», alors qu'il conviendrait au contraire de «fédérer nos forces nationales respectives pour relancer l'Europe».

Franço

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant