Pour Fidelity, l'impact de l'échec de Doha sur le pétrole reste à évaluer

le
0

(AOF) - Dans la dernière livraison de son Hebdo des marchés, Fidelity s'interroge sur l'ampleur de l'impact qu'aura l'échec de la réunion de Doha (qui devaient aboutir à un accord de gel de la production pétrolière) sur les marchés "dans un contexte de corrélation des actifs". Pour David Ganozzi, gérant de Fidelity Patrimoine, la décision des pays pétroliers de ne pas se mettre d'accord est "lourde de conséquence qui se fait aujourd’hui sentir sur les cours du pétrole".

Surtout, David Ganozzi souligne que cette nouvelle intervient alors que la tendance haussière semblait se confirmer sur les indices actions, soutenue par des statistiques favorables.

"La tendance était haussière et se voyait par ailleurs soutenue par de nouveaux chiffres qui enterraient définitivement les craintes du début d'année. Ainsi, pour la première fois depuis longtemps, la Chine délivrait une vraie bonne nouvelle. Sonnante et trébuchante. Sur un an, les exportations du géant asiatique ont en effet rebondi de 11,5 % en mars, à 160,8 milliards de dollars, selon les chiffres des douanes chinoises. Un contraste notable avec la chute de 25% enregistrée le mois précédent qui marquait la plus forte baisse des exportations chinoises depuis six ans", rappelle le gérant de Fidelity Patrimoine.

Quant aux prévisions particulièrement prudentes de la Fed, qui a abaissé sa prévision de croissance de l'économie mondiale en 2016, elles "sont faites pour être ajustées !"

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant