Pour éviter le piège de la route des vacances

le
0
Pour éviter le piège de la route des vacances
Pour éviter le piège de la route des vacances

Rouge vendredi, noire samedi, orange dimanche. Week-end coloré sur les routes de France. Pour ce premier chassé-croisé entre juillettistes et aoûtiens, Bison futé prévoit une circulation « exceptionnellement difficile ». Les ralentissements devraient débuter aujourd'hui dès la fin de matinée. Quant à samedi, les premiers bouchons pourraient apparaître dès 4 heures du matin. L'an dernier, le pic a été atteint le samedi 1er août avec 880 km de bouchons cumulés. Un peu moins qu'en 2014, où 994 km ont été enregistrés à 12 h 25 le premier samedi d'août.

« Il y a des initiatives intéressantes pour favoriser la fluidité, détaille Simon Cohen, chercheur à l'Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux (IFSTTAR). Le report des départs, la mobilité collaborative avec les applications qui détournent les véhicules, les péages incitatifs dont les prix varient en fonction de l'heure de circulation ou encore le covoiturage. Mais elles sont limitées à une sphère trop restreinte. Il faudrait 5 à 10 % d'automobilistes en moins sur les routes pour éviter la congestion. »

Problème, cette année, les Français sont plus nombreux à passer leurs vacances dans l'Hexagone. « Et en raison des récents attentats, les gens sont réticents à prendre les transports en commun. Ils vont donc se tourner vers la voiture », prédit Pierre Chasseray, directeur général de 40 Millions d'automobilistes. Sans oublier la grève chez Air France.

S'armer de patience n'est pas la seule perspective. De nombreuses applications pour smartphone peuvent leur venir en aide. « Et il faut absolument contourner les villes et prendre des itinéraires de substitution, conseille Pierre Chasseray. Voire mieux encore, décaler d'un jour son départ ou son retour. Car la galère ne se limitera pas au chassé-croisé de ce week-end. « le week-end suivant est également en partie classé noir », ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant