Pour Erdogan, l'UE manque à ses engagements sur les migrants

le
0
    ANKARA, 3 octobre (Reuters) - Le président turc, Recep 
Tayyip Erdogan, a reproché lundi à l'Union européenne de ne pas 
avoir tenu sa promesse de verser à son pays trois milliards 
d'euros d'aides destinées à l'accueil des migrants, une 
déclaration que l'UE a jugée "ni correcte ni utile". 
    Plus d'un million de personnes sont arrivées sur les rivages 
de l'UE l'an dernier en provenance de Turquie, où quelque trois 
millions de Syriens ont trouvé refuge depuis le début de la 
guerre civile en 2011.  
    Ce nombre a chuté cette année, Ankara ayant promis 
d'empêcher les migrants de prendre la mer en échange d'un fonds 
d'aide de trois milliards d'euros financé par les pays membres 
de l'Union.  
    Mais pour Erdogan, l'UE n'a pas honoré sa part de l'accord.  
    "L'EU a dit qu'elle allait donner trois milliards d'euros 
pour les migrants", a-t-il déclaré lors d'un colloque 
scientifique à Ankara. "Mais le temps a passé et l'année sera 
bientôt finie. Ces gens-là promettent mais n'agissent pas." 
    Une porte-parole de la Commission européenne a réfuté ces 
reproches, assurant que la mise en oeuvre du soutien financier 
européen aux réfugiés en Turquie s'était accélérée ces derniers 
mois. 
    "L'UE respecte les engagements prévus par la déclaration 
UE-Turquie", a-t-elle écrit dans un courrier électronique à 
Reuters. "Laisser entendre le contraire, y compris sur le 
soutien financier aux réfugiés en Turquie, n'est tout simplement 
ni correct, ni utile." 
    Sur les trois milliards d'euros promis, précise la 
Commission, 2,24 milliards ont été alloués à l'aide humanitaire 
et non-humanitaire. Sur ce montant, 1,25 milliard d'euros ont 
fait l'objet de contrats déjà attribués et 467 millions ont été 
déboursés. 
    La CE précise avoir signé la semaine dernière le déblocage 
de 600 millions d'euros dévolus au soutien aux réfugiés et aux 
collectivités locales qui les accueillent en Turquie, ajoutant 
que les ministères turcs de l'Education et de la Santé 
recevraient une partie des aides prévues.  
     
 
 (Daren Butler à Istanbul et Julia Fioretti à Bruxelles; Marc 
Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant