Pour Didier Migaud, il faut en finir avec «les non-choix»

le
0
Le président de la Cour des comptes appelle à une «révolution des mentalités» en matière d'économie publique.

«La lecture de la presse vous a peut-être appris qu'un préfet avait choisi d'offrir à des conducteurs contrôlés sans alcoolémie le soir de la Saint-Sylvestre des bons d'essence d'une valeur de 20 euros, financés sur crédits d'État», a relevé le premier président de la Cour des comptes dans son discours - parlant d'un usage «choquant» de l'argent de l'État. Même si l'initiative, prise dans le Var, partait «d'un bon sentiment», elle est revenue finalement à distribuer de l'argent public à des automobilistes qui ne faisaient... «que respecter la loi!».

En choisissant cet exemple «anecdotique», Didier Migaud a une nouvelle fois mis le doigt sur un mal qui touche tous les gouvernements depuis des années: le manque de réflexion sur «le bon usage des deniers publics». Et l'ex-président de la commission des finances de l'Assemblée d'enfoncer le clou:...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant