Pour Darmanin (UMP), Cambadélis (PS) a brisé l'union nationale

le
0
Pour Darmanin (UMP), Cambadélis (PS) a brisé l'union nationale
Pour Darmanin (UMP), Cambadélis (PS) a brisé l'union nationale

N'allez pas dire à Gérald Darmanin que Nicolas Sarkozy n'a pas été «bon», il en déduit immédiatement que l'union nationale est brisée. Le jeune député-maire (UMP) de Tourcoing s'est emporté ce mardi matin contre Jean-Christophe Cambadélis. Celui-ci avait la veille estimé, au détour d'une phrase, que Nicolas Sarkozy n'avait «pas été bon», comme Marine Le Pen, dans la foulée des attentats.

«Ces propos sont consternants et mettent fin, je crois, à l'unité nationale politique de notre pays, s'est emporté sur France Inter l'ancien porte-parole de Nicolas Sarkozy quand il faisait campagne pour la présidence de l'UMP. Le premier secrétaire du parti socialiste démontre qu'il préfère son parti à son pays. Il confond unité nationale et campagne électorale».

«Je crois que le Premier ministre cet après-midi à l'Assemblée doit condamner (ces propos) avec la plus grande fermeté. Sinon évidemment cela voudrait dire que, pour une partie du PS, ces attentats tombent à point nommé pour la campagne électorale départementale et régionale qui arrive», a-t-il fustigé, furieux contre «la politicaillerie de Monsieur Cambadélis». 

Lundi après-midi sur LCI, le patron du PS, peut-être vexé que le président de l'UMP ne le considère pas en homologue, s'était enflammé :  «Je viens de faire trois meetings de suite dans trois départements, les militants sont fiers, vous regardent. Ils disent : C'est bien ce que vous avez fait. Et maintenant on peut aller faire du porte à porte parce que les gens vous disent : Vous avez été bons. Ça modifie psychologiquement les choses et les autres n'ont pas été bons, ni Nicolas Sarkozy, ni Marine Le Pen».

Et de poursuivre, au sujet de l'ancien chef de l'Etat : «Sa contradiction, c'est qu'il est à la fois chef de parti et qu'il veut être au niveau du président de la République. Il a des difficultés à le gérer (...) Après, dans la manifestation, quelle était sa ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant