Pour contrer Google, le comparateur EasyVoyage lance une garantie

le
0
Pour contrer Google, le comparateur EasyVoyage lance une garantie
Pour contrer Google, le comparateur EasyVoyage lance une garantie

Pour contre-attaquer face à l'offensive de Google dans le tourisme et se distinguer dans un secteur de plus en plus concurrentiel, le portail EasyVoyage va dédommager des clients qui trouveraient ailleurs le même vol mais à un meilleur prix, une initiative présentée comme unique au monde."C'est un pari important pour nous, une posture d'engagement total. L'idée est que, quand on est un comparateur de vol, on ne peut pas ne pas assumer les conséquences financières d'une mauvaise information", a expliqué à l'AFP le président-fondateur d'EasyVoyage, Jean-Pierre Nadir.Lancé en 2001, EasyVoyage revendique le statut de leader européen de "l'infomédiation", avec plus de 6 millions de visiteurs par mois: le site propose un comparateur de prix sur des vols, des hôtels et des séjours, mais aussi des conseils et des bons plans sur des voyages, des articles sur des destinations et d'autres sujets touristiques rédigés par des journalistes et une notation de certains produits par les clients.Avec cette "Garantie du meilleur prix", le site entend valoriser la qualité de ses conseils. "Le mauvais conseiller doit accepter de payer. Nous évaluons l'enjeu pour nous entre 200.000 et 400.000 euros par an, soit 10% de notre budget marketing", précise M. Nadir, alors qu'EasyVoyage a réalisé en 2013 un chiffre d'affaires de 26 millions d'euros et généré 700 millions d'euros de volume d'affaires pour des sites marchands."L'intérêt pour nous est de créer une vraie relation de confiance et de fidélité avec les internautes. Si le combat de l'e-tourisme n'est que technologique, alors Google va gagner. Mais si c'est un combat qui se joue en termes de connaissances sur le métier, de technologies et de garanties, alors on peut créer un modèle différenciant", croit M. Nadir.Ainsi, EasyVoyage s'engage à rembourser la différence de tarif, dans une limite de 150 euros, à un internaute qui dénicherait sur un autre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant