Pour Berlusconi, le référendum en Crimée était "démocratique"

le
0

ROME, 27 septembre (Reuters) - L'ancien président du Conseil italien Silvio Berlusconi a estimé dimanche que les habitants de la Crimée avaient démocratiquement choisi de rompre avec l'Ukraine et de se tourner vers la Russie, dont le président Vladimir Poutine, est, à l'en croire, le plus grand dirigeant politique au monde. Le "Cavaliere" a été, ce mois-ci, la plus haute personnalité politique occidentale à se rendre en visite dans la péninsule de Crimée, annexée par la Russie en 2014 au terme d'un référendum. Silvio Berlusconi, connu pour entretenir des relations cordiales avec Vladimir Poutine, s'en est pris aux sanctions occidentales contre la Russie, estimant qu'elles nuisaient aux entreprises italiennes, et il a jugé "démocratique" et "valide" le référendum de mars 2014 en Crimée, lors duquel une majorité écrasante des votants se sont prononcés pour le rattachement à la Russie. "Quatre-vingt-sept pour cent des habitants de Crimée ont voté, 93% ont dit oui à la séparation d'avec l'Ukraine, pour devenir une république autonome dans le cadre de la Fédération de Russie", a dit l'ancien président du Conseil lors d'un discours dans le nord de l'Italie, retransmis par la télévision. "Vous auriez vu l'amour, la gratitude et l'amitié avec lesquels Poutine a été accueilli" en Crimée, a-t-il évoqué, en présentant le chef de l'Etat russe comme le "numéro un" des dirigeants politiques mondiaux. "Les femmes se jetaient dans ses bras en disant: 'Merci Vladimir, merci Vladimir!", a-t-il continué. Après la visite de Berlusconi en Crimée en compagnie de Poutine, les services de sécurité ukrainiens ont interdit l'ancien dirigeant italien, qui aura 79 ans dans les jours à venir, de séjour en Ukraine pour une durée de trois ans. (Steve Scherer; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant