Pour beaucoup d'Européens, "l'âge d'or" est révolu en Chine

le
0
L'ÂGE D'OR EST RÉVOLU EN CHINE POUR LES INVESTISSEURS EUROPÉENS
L'ÂGE D'OR EST RÉVOLU EN CHINE POUR LES INVESTISSEURS EUROPÉENS

PÉKIN (Reuters) - Les sociétés étrangères implantées en Chine évoluent dans un contexte de déprime, estime un groupement de défense des intérêts européens, qui explique que la baisse des bénéfices et l'amoindrissement du soutien public à l'économie amène près de la moitié des investisseurs venus du Vieux Continent à juger que l'âge d'or est révolu.

Les membres de la Chambre de commerce de l'Union européenne en Chine ont vu leur chiffre d'affaires diminuer de 21,3 milliards d'euros en 2013 en raison à la fois de difficultés d'accès aux marchés et d'obstacles réglementaires, dit le groupe dans un rapport sur les conditions d'activité dans la deuxième économie mondiale.

"Un sentiment de pessimisme sur les performances à venir est en train de s'installer, ce qui incite un certain nombre d'investisseurs à se demander si la fête n'est pas terminée", dit le rapport. "Près de la moitié (46%) des entreprises européennes pensent que 'l'âge d'or' des sociétés multinationales en Chine est déjà terminé."

Les autorités chinoises ont annoncé en novembre une série de réformes économiques et sociales, les plus importantes en près de 30 ans, quelques jours après le troisième plénum du 18e Comité central du Parti communiste (PCC).

Sur le plan économique, la feuille de route prévoit entre autres d'alléger les restrictions sur le séjour dans les villes, ce qui s'inscrit dans le cadre de la volonté de Pékin d'encourager des millions d'habitants de la campagne à s'installer en zone urbaine, afin de recentrer l'économie chinoise sur la consommation et les services.

Les anticipations de croissance sont toutefois désormais à leur niveau le plus bas depuis l'apogée de la crise financière, montre le rapport qui s'appuie sur les retours de 552 entreprises.

Si les décisions annoncées lors du plénum ont dans un premier temps provoqué un certain enthousiasme, l'optimisme est depuis retombé et près de la moitié des sociétés ayant contribué à la rédaction du rapport pensent qu'aucune réforme de fond ne sera mise en oeuvre avant deux ans.

(Michael Martina, Nicolas Delame pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant