Pour avoir critiqué la politique pénale, le n°3 de la gendarmerie débarqué

le
56
Pour avoir critiqué la politique pénale, le n°3 de la gendarmerie débarqué
Pour avoir critiqué la politique pénale, le n°3 de la gendarmerie débarqué

Le général Bertrand Soubelet, numéro 3 de la direction générale de la gendarmerie a été remplacé ce mercredi, lors du dernier Conseil des ministres avant les vacances. Son tort : avoir critiqué la politique pénale du gouvernement. 

Ses propos avaient fait l'effet d'une bombe. Le 18 décembre 2013, devant la commission parlementaire de «lutte contre l'insécurité», ce haut fonctionnaire avait notamment déclaré que la réponse pénale était «en décalage» par rapport aux infractions constatées. Il avait expliqué qu'en 2013 il y a eu une hausse de 4 % de personnes mises en cause par ses services tandis que le nombre d'incarcérations avait «diminué de 33 %».

Les foudres de Manuel Valls

S'il avait gagné la sympathie de nombreux gendarmes de base, qui, sur les réseaux sociaux avaient salué son «courage», le général s'était attiré les foudres de sa hiérarchie et notamment celles du ministre de l'Intérieur de l'époque, Manuel Valls. «Opposer justice aux forces de l'ordre est extrêmement contreproductif et affaiblit l'Etat» avait déclaré l'ancien locataire de la place Beauvau lors de ses voeux à la gendarmerie.

Pour tenter de calmer les esprits, la direction générale de la Gendarmerie nationale (DGGN) avait ensuite essayé de justifier les propos du général en expliquant que son intention «n'était pas de mettre en cause la politique pénale ni de critiquer l'institution judiciaire, mais de souligner les difficultés rencontrées au quotidien par les unités dans la lutte contre la délinquance».

Ce haut gradé n'est toutefois pas complètement mis à l'écart. Il doit prendre le commandement de la gendarmerie Outremer. Un poste qualifié de «prestigieux» et «de confiance» par le ministère de l'Intérieur et....de «placard» par le député UMP Philippe Goujon. «On a censuré un général qui a dit la vérité, c'est de la censure!» fustige l'élu de droite, également vice-président de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le dimanche 3 aout 2014 à 17:21

    Que le général ne s'inquiète pas. Le match retour est proche et il ne sera pas oublié. Et être inscrit sur le mur des juges (synonyme de l'autre mot) sera un titre de gloire.

  • M7097610 le vendredi 1 aout 2014 à 09:09

    la double nationalité est à l'origine de bien des troubles, qu'elle soit franco algérienne ou franco israélienne (détournement des milliards de tva)!

  • j.sallio le vendredi 1 aout 2014 à 01:42

    Et les gendarmes ont l'interdiction d'utiliser leur arme de service, c'est à se demander s'il est chargé en conséquence.Les dépenses d'état sont bien mal utilisées, payer moins nos élus serait judicieux.

  • j.sallio le vendredi 1 aout 2014 à 01:39

    Et quand ils commettent un crime, ils ne sont déjà pas solvableet pour bien faire la justice les relâche car ils vont coûter à la société. Même l'armée doit s'entraîner à faire la guerre, et Quand elle croit avoir touché un individu, elle doit crier"pan t'esmort" car ils ont encore le droit au conserve, mais ils ont remplacé les munitions par un haut parleur et des cachets pour dégager les bronches, pour leur permettre de crier plus fort.

  • j.sallio le vendredi 1 aout 2014 à 01:34

    Nous sommes un pays qui marchons sur la tête, où on payeceux qui viennent en France pour faire des enfants, nous leursfournissons un logement et pour bien faire des rentrées d'argentsur le compte des français. CMU, des billets d'avion gratuit pour qu'ils puissent voir leur famille. Et ce sont les couillons de français qui payent un socialisme pour leur garantir un futur électorat.

  • gglafont le jeudi 31 juil 2014 à 23:54

    Taubira est une honte de la France pour laquelle nos parents se sont battus.

  • mlaure13 le jeudi 31 juil 2014 à 23:14

    7- Et pour continuer à les diffuser aux médias et des milliers de personnes, vous pouvez nous aider et faire un don à l'association. Qui d'autre que l'IPJ osera dénoncer le coût énorme et caché de la criminalité ? Nos travaux dérangent et comme nous refusons toute subvention publique, nous ne pouvons agir que grâce à vous, et vous pouvez nous suivre sur facebook et twitter...J'espère que ces informations vous intéresseront et que vous participerez à notre grand référendum.

  • mlaure13 le jeudi 31 juil 2014 à 23:13

    6- N'attendez plus et participez dès maintenant au grand référendum de l'Institut pour la Justice, transmettez ce mail à tous vos contacts et faites-les participer à notre référendum. En effet, qui autour de vous, dans votre famille ou dans votre entourage est au courant que le crime et la délinquance lui coûte plus de 2 300 euros par an ? Nous devons répandre l'information partout en France, si vous souhaitez nous permettre de continuer à produire ces études chocs.

  • mlaure13 le jeudi 31 juil 2014 à 23:12

    5- Alors il est temps de réagir ! L'Institut pour la Justice a lancé un grand référendum pour réclamer des solutions de bon sens qui ont fait leurs preuves pour lutter contre la criminalité. Nous en avons assez de payer pour les dégâts causés par ces milliers de voyous qui agissent en toute impunité... du laxisme qui laisse en liberté les cambrioleurs, les agresseurs et les récidivistes...assez que les criminels soient mieux traités que les victimes avec nos impôts.

  • mlaure13 le jeudi 31 juil 2014 à 23:12

    4-Le coût direct/indirect de la criminalité représente plus d'un mois de salaire de la classe moyenne, et ceux qui se débattent avec une petite retraite. Parce que c'est votre argent qui va payer les réparations des voitures, des poubelles, l'indemnisation des commerçants et des policiers blessés et les soins gratuits apportés aux délinquants responsables de ces émeutes. Oui c'est nous qui payons pour des voyous qui mettent à sac notre pays.