Pour Aurier : magnéto, Serge !

le
0
Pour Aurier : magnéto, Serge !
Pour Aurier : magnéto, Serge !

Serge Aurier risque de passer pour le bouc-émissaire idéal en cas d'élimination de Paris ce soir à l'Etihad. Sa perf "calamiteuse" à l'aller a focalisé la plupart des critiques. Accusation injuste et erronée. Explications…

Allez ! On reprend le gros titre de L'Equipe de vendredi dernier, soit deux jours après le 2-2 du Parc : "Aurier, fallait pas l'inviter". C'était au lendemain d'une autre attaque dans L'Equipe de jeudi ("Aurier, c'était pas gai"). Haro sur le baudet ! Pourquoi Marquinhos n'a-t-il pas été titularisé ? Etc, etc. C'est tellement facile de surfer sur la colère populaire anti-Aurier que le public ressassait en silence depuis la vidéo Periscope, inadmissible il est vrai… Mais l'analyse objective du PSG-Man City apporte une vision nettement moins négative sur le contenu du match de l'Ivoirien. Car sa titularisation relevait en fait d'un pari tactique très audacieux de Laurent Blanc…

Le KO d'entrée…


Condamné à prendre un avantage conséquent à domicile, Lolo White a misé sur un plan de jeu très offensif destiné à faire plier rapidement City. Imprimer un gros temps fort dans les 30 premières minutes requérait, en plus des trois attaquants soutenus également par les milieux Rabiot et Matuidi, la participation optimale des latéraux. En possession offensive dans le camp de l'adversaire, les latéraux parisiens jouent quasiment toujours à la même hauteur que leurs attaquants, afin d'étirer la défense adverse et permettre aux excentrés de devant de rentrer dans l'axe. Et pour ce job, côté droit, Aurier est tout simplement meilleur que Marquinhos et Van der Wiel. Du reste, l'Ivoirien s'est bien acquitté de sa tâche en première mi-temps en participant activement au travail collectif de pression sur l'adversaire, contraint à reculer et subir.

L'autre pari théoriquement cohérent de Blanc de son option Aurier reposait sur un énoncé clair : en position haute et en pressurisant l'adversaire, son équipe avait moins besoin de défendre. Du coup, Serge Aurier, moins à l'aise sur le plan défensif, n'aurait pas eu à subir de duels trop nombreux et en domination constante dans le camp de l'adversaire il n'aurait pas eu à multiplier les allers-retours éreintants. Autre paramètre convaincant émis par Lolo après la rencontre quant à son choix du défenseur périscopé : "On savait un peu la composition d'équipe de Man City avec Silva à gauche. Or, il n'aime pas trop défendre donc on avait décidé de mettre un joueur qui prend l'espace face à lui." CQFD. On le…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant