Pour Aulas, Fournier a la fibre et l'ADN OL

le
0
Pour Aulas, Fournier a la fibre et l'ADN OL
Pour Aulas, Fournier a la fibre et l'ADN OL

Avant l'intervention des journalistesHubert s'est engagé pour deux ans, plus un certain nombre de possibilités pour prolonger cet engagement. Sous une forme de cahier des charges très précis, nous avons établi quel devait être le profil de l'entraîneur. On a eu énormément de candidatures spontanées. On a eu aussi un certain nombre d'envies, de recherches? On a auditionné, avec souvent des temps d'écoute très longs. On a entendu sept entraîneurs potentiels qui nous ont permis de classer de manière extrêmement sérieuse les différentes possibilités de collaboration. Après un ultime échange avec Jérôme Seydoux (ndlr : actionnaire de l'OL), nous avons reçu Hubert pour lui traduire notre décision, qui est pleine d'enthousiasme. Il fallait obtenir l'accord de Jean-Pierre Caillot, le président de Reims. Hubert avait encore deux ans de contrat, ça posait un certains nombres de problèmes. Mais Jean-Pierre a été très fair-play : il lui a laissé la possibilité de rejoindre un plus grand club que le sien à cet instant donné, même si l'histoire de Reims est riche et formidable. On s'est mis d'accord jeudi pour que ce transfert puisse se faire. C'est 360 000 euros. On a joué le jeu.

Hubert a le profil que nous souhaitions. Il a laissé un excellent souvenir ici, notamment à Bernard (Lacombe) qui a été son entraîneur à l'époque (1998-00). C'est une sorte de retour aux sources. C'est le cinquième entraîneur à avoir joué à l'OL, ça montre un sens de la tradition et de l'histoire. Il a la fibre et l'ADN OL. Il arrive après un certain nombre d'entraîneurs qui ont eu des réussites importantes. Il a un passé de joueur et d'entraîneur. Il a démarré dans la difficulté mais il s'est enrichi. La situation économique de l'OL permet d'envisager l'avenir avec sérénité. C'est le club qui dispose des capitaux propres les plus importants du championnat, avec plus de 150 millions d'euros. Nous sommes lancés sur un projet d'entreprise fondé sur la formation. Il y a aussi un projet de stade qui est tout à fait fondamental. La saison passée, on avait fait un choix de ne pas investir énormément sur les joueurs. C'était 2,8 M? en termes d'acquisition de joueurs. Mais la saison a été positive avec trois objectifs atteints. Une dix-huitième qualification européenne de rang, la finale de la Coupe de la Ligue et ce quart de finale face à la Juventus Turin (en Ligue Europa). Il y a également un certain nombre de jeunes qui ont intégré l'équipe pro. En Ligue Europa, nous serons têtes de série la saison prochaine. Nous avons le meilleur indice européen des clubs français. Il faut s'en rappeler. On est toujours devant le PSG? (Au sujet de la piste Sagnol finalement abandonnée)Vous avez eu l'impression qu'il correspondait au portrait robot mais Hubert était le premier sur notre liste. Même s'il y a eu un certain nombre d'échanges? Avec Hubert, ça a été un très large consensus. Même si Bernard a été l'un des artisans de cette candidature. Comme ce fut le cas avec Rémi (Garde).

(L'avenir de Maxime Gonalons)On discute avec Alexandre Lacazette pour le prolonger. Pour Max, je l'ai vu avant son départ pour Clairefontaine. Je lui ai dit qu'il a un bon de sortie et un bon de maintien. On va tout faire pour qu'il puisse rester. Il symbole cet esprit du maillot, cette camaraderie.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant