Pour Anne Hidalgo, l'alternance en 2017 est inévitable

le , mis à jour le
0
Anne Hidalgo juge l'alternance inéluctable. 
Anne Hidalgo juge l'alternance inéluctable. 

Des sondages en berne. Une contestation accrue. Une prestation télévisée qui ne fait pas le plein : l'horizon présidentiel de François Hollande s'assombrit alors que l'échéance de 2017 approche. Anne Hidalgo, la maire de Paris, ne dit pas autre chose. Et affirme ce qu'elle pense inéluctable : « Sauf miracle, il y aura une alternance. » Dans l'hebdomadaire VSD, la socialiste explique que sa famille politique va connaître de grandes difficultés. « On ne peut pas dire qu'on a démontré une grande efficacité dans les réalisations et on a un peu tourné le dos aux engagements. » Le gouvernement s'est montré, selon elle, « conservateur sur les questions de société et ultralibéral sur les questions économiques ». Le président de la République et son Premier ministre devraient apprécier. « Je ne donne pas de leçon, j'essaie juste de dire que là, on se plante. La sanction sera terrible. »

Pas candidate en 2017

Celle qui est présentée quelquefois comme un recours à gauche, ne veut pas donner de leçon. « J'essaie juste de dire que là, on se plante. La sanction sera terrible. » Elle écarte la possibilité de se présenter, se focalisant sur la capitale. « C'est un mandat de 2014 à 2020 pour lequel j'ai été élue et j'honorerai ce mandat sans aller m'égayer ailleurs. Cette ville me passionne, est magnifique et les Parisiens sont exigeants. » Idem pour 2022 ? « Je ne sais pas ce que je ferai, on verra....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant