Pour Amnesty, Shell ne prend pas ses responsabilités au Nigeria

le
0

(Commodesk) Amnesty International qualifie ce 3 août de « fiasco » l'enquête interne effectuée par Shell sur les fuites de pétrole dans le delta du Niger.

Selon l'organisation, une grande partie de l'infrastructure pétrolière de Shell au Nigeria, mal entretenue, est sujette à la corrosion, ce qui explique d'importantes fuites de pétrole dans la région. Selon Audrey Gaughran, responsable des enjeux internationaux pour Amnesty, Shell n'assume pas ses responsabilités dans ces pollutions et « se cache constamment derrière l'excuse du sabotage ».

Shell a été condamné ce mois-ci à 5 milliards de dollars par le Nigeria pour une fuite estimée à 40.000 barils de pétrole en décembre dernier sur une installation offshore dans le golfe de Guinée. La compagnie conteste cette amende, estimant être intervenu suffisamment rapidement pour contenir la fuite.

L'exploitation pétrolière par des entreprises étrangères provoque depuis des décennies d'importants dégâts dans le delta du Niger, en termes à la fois environnementaux, sanitaires et sociaux. Dans une enquête publiée il y a un an, le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) estimait que les opérations de nettoyage à réaliser dans la région de l'Ogoniland, au c½ur du delta du Niger, pourraient prendre de vingt-cinq à trente ans.

Le PNUE a d'ailleurs salué ce 1er août l'annonce par le gouvernement nigérian du lancement d'une vaste opération de dépollution de l'Ogoniland.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant