Pour acheter à Paris, mieux vaut ne pas avoir d'enfants

le
14
Alors que les prix des logements ont augmenté en moyenne de 139 % en dix ans en France, la capitale a connu une hausse de 175 %. Les couples avec enfants sont repoussés au-delà du boulevard périphérique.

Les acquéreurs parisiens sont en majorité des célibataires ou des couples sans enfants. C'est ce que révèle une étude de l'Agence départementale d'information sur le logement (ADIL 75). L'enquête réalisée sur dix ans souligne que ce constat découle directement de l'évolution des prix des logements dans la capitale. Malgré une légère inflexion en 2009, ils ont subi des hausses continues depuis 2001, allant de 4 % à 19,9 % entre les quatrièmes trimestres 2009 et 2011. «Ainsi, en dix années, le prix moyen d'un appartement ancien en France a enregistré une augmentation totale de 139%. Concernant la capitale, sur la même période, la hausse a été de 175 %», affirme l'étude qui poursuit en précisant que Paris demeure la ville la plus chère des grandes agglomérations françaises avec un prix moyen au mètre carré de 8388 euros contre 3739 euros à Nice ou encore 3150 euros à Lyon.

Les aides à l'acquisition (Prêt à taux zéro, crédit d'impôt) et les taux de crédits favorables, en rendant plus solvables les acquéreurs, expliquent en partie cette flambée. La pénurie de logement est l'autre grande responsable. En dix ans, la ville a accueilli 109.000 résidents supplémentaires. Or, encerclée par le boulevard périphérique, la capitale manque de foncier pour construire: 63% des logements parisiens ont ainsi été construits avant 1949, et seulement 7800 logements neufs ont été mis en vente depuis 2001! Au final, le prix moyen d'un appartement a été multiplié par 2,8.

Rares et chères, les grandes surfaces sont donc difficiles à financer. Le nombre de propriétaires occupants est d'ailleurs à Paris l'un des plus bas de France. 56,2% des ménages parisiens sont locataires, alors que 57% des Français en moyenne ont acquis leur résidence principale sur l'ensemble du territoire. D'après les statistiques de l'Adil75, 50% des accédants parisiens à la propriété sont des célibataires, et le nombre de couples sans enfant progresse, passant de 13% en 2001 à 19% en 2011. Les couples avec deux enfants ne représentent plus que 10% des acheteurs, ils étaient 16% en 2001.

LIRE AUSSI:

» L'état du marché locatif ville par ville

» Immobilier: plus d'un Parisien sur deux ne peut pas acheter

» Quatre pays européens encadrent les loyers

» Baisse modeste des prix de l'immobilier à Paris

» Promoteur, prêtre et engagé contre le mal-logement

» La crise du logement neuf s'aggrave en France

SERVICE:

» Retrouvez toutes les annonces immobilières à Paris avec Explorimmo

SUIVEZ LE FIGARO IMMOBILIER SUR:

» Twitter: @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9455348 le mercredi 20 juin 2012 à 10:16

    Pour acheter à Paris mieux vaut être millionnaire

  • Beluga95 le mardi 19 juin 2012 à 12:46

    Quand on regarde ce qui se passe ailleurs on constate qu a Londres c'est la meme chose en pire, sinon hormis Paris tous les autres pays ont une meilleure corrélation entre prix du logement et RND (revenu net disponible). Par ailleurs le prix en province semble a peu près cohérent par rapport à la valeur intrinsèque du bien

  • paumont1 le mardi 19 juin 2012 à 09:35

    je me fou complètement des prix a paris comme 80% de la population française qui n'habite pas et ne vit pas a paris... ce qui m'intéresse c'est le fait qu'en France aujourd'hui, personne ne peut plus acheter son appartement et que même un couple avec deux smics ne peut quasiment plus louer, ça c'est un vrai problème!!!

  • M8700720 le mardi 19 juin 2012 à 08:55

    Une augmentation de la taxe sur les logements vacants et le durcissement des conditions d’exonération qui sont complètement absurdes.Cela ferait plus de logement sur le marché.

  • loco93 le mardi 19 juin 2012 à 01:59

    ce dont on parle peu, ce sont les nombreux fonciers laissés vide sur la capitale, le plus souvent détenus par les banques et les assureurs.. ceci contribue à la rareté et à la cherté des biens! inadmissible!

  • P.Baelen le mardi 19 juin 2012 à 01:31

    Bien qu'étant de votre avis, 23€ le m² en location et 10k€ à l'achat ça n'existe pas ... affiché pour 50m² 13-400€ en location et à l'achat 4-500k€

  • tofgruth le lundi 18 juin 2012 à 22:40

    A 23€ le m2 en location contre 10k€ a l'achat. Pas photo il vaut mieux louer.Sachant que sur du locatif intermediaire on peut trouver 13-15 € le m2 difficile de comprendre ceux qui achetent aujourd'hui

  • saxxxo le lundi 18 juin 2012 à 19:06

    Au moins ça va finir par régler le problème du manque de crèches :-)

  • london le lundi 18 juin 2012 à 19:02

    Autre info mais essentiel, les salaires n'ont augmenté que de 40% sur 10ans, c'est là le vrai probleme, la decorelation entre les deux ! Moins 30% au minimum et à Paris -50% sont à prevoir

  • loco93 le lundi 18 juin 2012 à 18:20

    C'est quoi l’intérêt d'acheter à paris pour un jeune couple? mise à part engraisser les banques avec les intérêts et les syndics de copro avec des charges qui n'en finissent plus de gonfler... quand on s'endettent sur 20, 25 voir 30ans, y'a t'il encore un réel espoir de réaliser un PV au bout du COMPTE? c'est juste uniquement pour faire comme tout le monde? Mouton pigeon!