Pour accéder à internet, le ciel n'est plus la limite

le
0
Pour accéder à internet, le ciel n'est plus la limite
Pour accéder à internet, le ciel n'est plus la limite

C'est un avion qui date de l'après-guerre. Mais il cache un système embarqué bien plus moderne, permettant aux passagers d'utiliser internet avec leurs tablettes dernier-cri.L'Albatross One, un appareil amphibie construit dans les années 1950, survole le désert et les montagnes autour du lac Mead, à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Las Vegas où se tient cette semaine le salon high-tech International CES.Sans les intenses vibrations de la cabine et les magnifiques paysages visibles par le hublot, on pourrait presque se croire dans son salon: à bord, un réseau wifi permet aux passagers de naviguer sans problème sur internet avec leur tablette ou leur smartphone. Le secret, ce sont cinq gros boîtiers noirs et gris accrochés au plafond de l'habitacle et interconnectés par toute une série de câbles, explique à l'AFP Simon McLellan, l'ingénieur en chef de Row44, une filiale de la société technologique américaine Global Eagle Entertainment.L'entreprise, propriétaire de l'avion, avait invité jeudi quelques journalistes pour un vol de démonstration en marge du CES.Une antenne satellite toujours en mouvementM. McLellan décrit l'un des boîtiers en particulier comme "le coeur du système": c'est là que des données comme l'altitude et la position de l'avion sont analysées pour déduire l'angle de l'appareil par rapport au satellite, et orienter en fonction une antenne installée sur son toit et qui "bouge tout le temps" afin de maintenir la connexion au fur et à mesure que l'appareil se déplace.L'équipement est complété par un émetteur-récepteur, un modem, un serveur, et enfin un point-relais wifi.Dans la cabine, une fois connecté, on peut communiquer par messagerie, aller sur internet, regarder la télévision ou accéder à d'autres contenus encore, tout cela depuis son propre smartphone ou sa propre tablette.Le système est déjà opérationnel sur des vols commerciaux. Global Eagle, par l'intermédiaire de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant